Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA)

Avril 2009

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) touche la macula, zone centrale de la rétine. Un million de Français en souffrent et ce chiffre pourrait grimper à 2 millions d’ici 2025. C’est la première cause de handicap visuel après 50 ans.

Trois types de dégénérescence maculaire

Grille d'Amsler

Le test de la grille d’Amsler permet de détecter une DMLA. En tenant la grille d’Amsler au niveau de son œil, à une distance de lecture confortable, et en fixant le point central, les patients atteints voient des lignes déformées, interrompues ou brisées, parfois des zones floues ou aveugles. Il est dans ce cas urgent de contacter son médecin.

On distingue trois types dans la pathologie. Les précurseurs (maculopathie liée à l’âge) forment des petits dépôts rétiniens, observables par examen du fond d’œil, le plus souvent asymptomatiques. La forme sèche ou atrophique (un tiers des cas) est marquée par une altération progressive du tissu maculaire. La forme humide, dite néovasculaire ou exsudative, se traduit par une prolifération de néovaisseaux sous la rétine et un épaississement de la macula (deux tiers des cas).

Le premier signe de la DMLA est une baisse d’acuité visuelle. En stade plus avancé, le patient perçoit une tache au centre de son champ de vision (scotome). La vision est également déformée, les lignes droites sont par exemple gondolées.

 

On peut se protéger !

Les études épidémiologiques ont aussi montré l'existence de facteurs de protection face à la DMLA. Ainsi, la consommation de poissons gras, riches en oméga 3 (DHA), de lutéine (un pigment jaune contenu dans les carottes, les épinards, les brocolis, les choux) et d'anti-oxydants (vitamine C et E, zinc, bêtacarotène) diminue le risque de développer la maladie.

Facteurs génétiques et environnementaux

On a identifié en 1998 le premier gène associé à la DMLA. Deux autres gènes majeurs ont été mis au jour depuis. L’héritabilité de la pathologie est élevée (78 %) et la présence d’un antécédent familial multiplie le risque par quatre. Mais les gènes n’expliquent pas tout. Le tabac multiplie par 4 à 6 le risque de contracter la pathologie. Mauvaise alimentation et surcharge pondérale sont deux autres facteurs de vulnérabilité, le risque de DMLA étant par exemple doublé dans la population obèse.

Les traitements disponibles et en essai clinique

La forme sèche de la DMLA ne pouvant être traitée par chirurgie, les patients se voient prescrire une supplémentation en lutéine et anti-oxydants. Des systèmes optiques grossissants restaurent une capacité visuelle de base. Pour les patients les plus jeunes, on propose une rééducation basse vision améliorant la fixation excentrique.
La forme humide a connu des progrès thérapeutiques importants. Le principal traitement consiste aujourd’hui à injecter des anti-VEGF : les néo-vaisseaux de la DMLA se forment grâce à un facteur de croissance vasculaire (VEGF) que les molécules anti-angiogéniques peuvent inhiber. Plusieurs molécules sont en phase d’essai clinique, agissant sur l’angiogenèse et sur l’inflammation. Les chercheurs visent également à améliorer le mode d’administration, par des mécanismes de diffusion douce, des molécules à travers la sclère (la membrane du blanc de l’œil).

Pour aller plus loin

Images de sciences

Fond d'oeil montrant une rétine normale

Fond d'oeil montrant une rétine normale. La grille noire a été apposée par nous et définit la zone centrale de la rétine (macula). Le plus petit cercle (au centre) définit la zone essentielle pour la vision des détails (lecture, reconnaissance des visages...) : la fovéa.

Fond d'oeil montrant une dégénérescence maculaire liée à l'âge (forme exsudative) chez un homme de quatre-vingt deux ans.

Fond d'oeil montrant une dégénérescence maculaire liée à l'âge (forme exsudative) chez un homme de quatre-vingt deux ans. On observe un vaste décollement de la rétine accompagné de fibrose.

Fond d'oeil montrant des signes précoces de dégénérescence maculaire liée à l'âge : drusen extra-maculaires (majoritairement extérieurs à la grille.

Fond d'oeil montrant des signes précoces de dégénérescence maculaire liée à l'âge : drusen extra-maculaires (majoritairement extérieurs à la grille). Les drusen sont dus à l'accumulation de résidus de la phagocytose des photorécepteurs par les cellules de l'épithélium pigmentaire.

 

Actualités de la recherche

Communiqués de presse

Les associations de malades

Sites

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Google+ Linkedin Viadeo Twitter Facebook