Programmes de recherche

Au travers de ses programmes de recherche, l’Inserm vise à faciliter et accélérer les découvertes et leur transformation en progrès concrets pour les patients et la société. Dans cet objectif, l’Institut développe en ce sens un environnement de recherche propice aux interactions entre les recherches fondamentale, translationnelle et clinique. L’Inserm participe en outre au pilotage et à la mise en œuvre des programmes de recherche en santé nationaux : PEPR, stratégies nationales et plans thématiques.

Programmes d’impulsion

En adéquation avec ses missions, l’Inserm développe des programmes scientifiques sur des thèmes de recherche prioritaires. Ces programmes ont pour objectifs de :

  • structurer des communautés scientifiques dans des domaines spécifiques et prioritaires, en faisant émerger des consortia nationaux interdisciplinaires qui s’appuient sur les compétences et expertises des équipes Inserm ;
  • faire de la recherche biomédicale française un acteur de premier plan dans ces domaines, en accélérant l’acquisition des connaissances, leur transfert et leur valorisation, avec notamment la possibilité d’intégrer des industriels dès la conception des programmes.

Les projets financés sont toujours collaboratifs : ils se déclinent en plusieurs axes de travail dont la mise en œuvre repose sur un consortium d’équipes. Ces programmes Inserm sont ouverts à des partenariats académiques et industriels, sur l’ensemble du programme, ou uniquement sur certains axes.

Les programmes déjà lancés (sous l’appellation « programmes scientifiques transversaux » de 2016 à 2022) :

Les programmes d’impulsion à venir

  • Climat et santé
  • Virus et cerveau
  • Chirurgie du futur

Accélérateurs de recherche technologique (ART)

Dans un contexte où la science dépend de plus en plus de l’accès aux technologies de pointe, l’Inserm développe des programmes pour accélérer la recherche technologique et en mettre rapidement les résultats à la disposition de ses équipes. Trois « accélérateurs de recherche technologique » ont déjà été mis en place, respectivement autour des ultrasons médicaux, de la bioimpression et à de la thérapie génomique. Un quatrième, dédié à l’intelligence artificielle, est à l’étude.

Présentation des ART Inserm

Programme stratégique de recherche collaborative en santé

Dans le cadre de son contrat d’objectifs, de moyens et de performance avec l’État, l’Inserm a bénéficié du soutien de ses tutelles, et notamment de la Direction générale de l’offre de soin (DGOS) du Ministère de la santé et de la prévention, pour mettre en œuvre un programme stratégique de recherche collaborative en santé (PSRCS).

Ce programme vise à soutenir de façon inédite le continuum de la recherche en santé, de la recherche fondamentale, de la recherche translationnelle, jusqu’aux malades, aux volontaires sains et vers la population générale. Il vise aussi à enclencher une nouvelle dynamique de collaboration avec les acteurs du soin, sur des thématiques scientifiques cruciales, depuis les nouvelles méthodologies d’essais jusqu’au développement de l’expertise sur l’utilisation des données de santé. Il sera mené en lien avec le renforcement des passerelles soins/recherche développées par l’Inserm pour permettre à des professionnels du soin de sanctuariser une part de leur activité pour des projets de recherche.

L’appel à projets Messidore (Méthodologie des essais cliniques innovants, dispositifs, outils et recherches exploitant les données de santé et biobanques) est la première action du programme.

Programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR) – France 2030

L’Inserm est pleinement engagé dans le volet du plan d’investissement France 2030 dédié au financement de la recherche la plus fondamentale : les programmes et équipements prioritaires de recherche (PEPR). Leur objectif est de construire ou de consolider un leadership français dans des domaines scientifiques prioritaires aux niveaux national ou européen, choisis car ils sont susceptibles d’amener une transformation de grande ampleur, qu’elle soit technologique, économique, sociétale, sanitaire, environnementale.

L’Inserm pilote ou copilote plusieurs PEPR :

PEPR exploratoire Santé mentale (Propsy)

Copiloté avec le CNRS et EN partenariat avec la fondation FondaMental, ce programme de structuration et de renforcement de la recherche fondamentale et clinique en psychiatrie va permettre de contribuer activement à la compréhension des troubles psychiatriques les plus graves : psychose, trouble bipolaire, dépression, anxiété, addictions, troubles du neurodéveloppement, troubles post-traumatiques et conduites suicidaires. Il permettra en outre le développement de la psychiatrie de précision, pour une prise en charge ciblée, spécifique de chaque patient.

À lire aussi :

PEPR Maladies infectieuses émergentes

Son objectif est d’accélérer toutes les actions de recherche et d’innovation qui contribuent à comprendre, prévenir et contrôler les pandémies de manière globale, dans une approche One Health, et sur toute la chaîne d’innovation : vaccins, outils diagnostics, traitement… Les actions du programme seront mises en œuvre par l’agence de l’Inserm dédiée à ces sujets : l’ANRS | Maladies infectieuses émergentes.

Pour en savoir plus

PEPR Santé Numérique

Copiloté avec Inria, le PEPR Santé Numérique vise à accélérer le développement des connaissances et des méthodes d’acquisition dans le domaine, jusqu’à l’exploitation des données par des modèles mathématiques, leur sécurisation et leur fiabilisation. Les approches multi-échelles dans les maladies cardiovasculaires et neurologiques sont des premières priorités de ce programme.

À lire aussi : Santé numérique : quand la recherche monte en puissance

PEPR Biothérapies et bioproduction de thérapies innovantes

Copiloté avec le CEA, son objectif est d’accélérer la recherche, l’ingénierie et le déploiement des biothérapies : thérapie génique, cellulaire et thérapie tissulaire, vésicules extracellulaires, ARNm, anticorps thérapeutiques. Il s’agit aussi d’accompagner les filières industrielles naissantes du domaine.

Pour en savoir plus

PEPR Systèmes alimentaires, le microbiome et la santé

Copiloté avec l’Inrae, ce PEPR a pour but d’accélérer notre compréhension de l’influence du microbiote humain dans la régulation et le maintien des fonctions vitales, et de développer des outils de prévention ou des traitements. Son objectif est aussi d’accroître les connaissances sur les interactions entre comportements, inégalités sociales et nutritionnelles, informations délivrées aux consommateurs et modèles productifs, pour guider les politiques publiques et les filières alimentaires.

Élaboration du PEPR exploratoire Santé des femmes, santé des couples

Dans le cadre de la Stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, l’Inserm s’est vu confier par ses ministères de tutelle l’élaboration d’un PEPR exploratoire sur la santé des femmes et la santé des couples. Ce programme couvrira non seulement la recherche sur l’endométriose – de la compréhension de ses mécanismes cellulaires à la prise en charge des patientes – mais aussi les domaines de la fertilité, de l’assistance médicale à la procréation et sur les effets de l’exposition in utero aux antiépileptiques (valproate de sodium et autres). Il comprendra en outre la création d’une base de données constituée à partir des six cohortes nationales déjà existantes, pour en savoir plus sur la fréquence, les facteurs de risque et les conséquences de l’endométriose à tous les niveaux de la vie des personnes atteintes et de leur entourage.

Plans et programmes nationaux thématiques

L’État a initié de nombreux plans nationaux autour de grandes thématiques de santé. L’Inserm développe ou met en œuvres des actions spécifiques pour répondre aux attentes de ces plans. Il participe à l’élaboration ou au pilotage de certains d’entre eux.

Stratégie décennale de lutte contre les cancers

Dans la lignée des plans Cancer, le Gouvernement français a souhaité renforcer la lutte contre les cancers avec une stratégie décennale qui s’attaquent à tous les champs où ces maladies pèsent sur le quotidien des Français : prévention, prise en charge, accompagnement des patients... La coordination de cette stratégie a été confié à l’Institut national du cancer. L’Inserm y joue non seulement un rôle essentiel via ses équipes de recherche, mais il participe en outre à sa gouvernance, ainsi qu’aux financements de ses actions.

En savoir plus sur la stratégie décennale de lutte contre les cancers et consulter les appels à projets gérés par l’Inserm

Plan Médecine génomique

Le Plan France Médecine Génomique 2025, élaboré par l’Inserm et ses partenaires d’Aviesan, vise à développer l’utilisation du séquençage du génome entier dans la pratique clinique. D’ici 2025, 60 000 génomes seront décodés chaque année, pour une médecine personnalisée renforcée.

Consulter le site du Plan médecine génomique

Programme prioritaire de recherche Antibiorésistance

« Accroître les moyens donnés à la recherche aujourd’hui, c’est réduire l’antibiorésistance demain » : tel est le mot d’ordre du programme prioritaire de recherche national (PPR) Antibiorésistance. Le pilotage scientifique de ce programme financé par le troisième programme d’investissements d’avenir a été confié à l’Inserm. 

Consulter le site du programme prioritaire de recherche Antibiorésistance

À lire aussi :

Plan Maladies neurodégénératives et stratégie nationale sur l’autisme et les troubles du neuro-développement

L’Inserm s’est vu confier la présidence du comité de pilotage Recherche du dernier plan Maladies neurodégénératives, dont le volet recherche a été coordonné par l’institut thématique multi-organisme Neurosciences (Aviesan) . L’Inserm et ses partenaires d’Aviesan sont en outre à l’origine du Groupement d’intérêt scientifique Autisme et TND, un consortium national multidisciplinaire qui regroupent 119 équipes de recherche labellisées crée dans le cadre de la mise en œuvre de la Stratégie nationale autisme et troubles du neuro-développement.

En savoir plus sur le plan Maladies neurodégénératives et sur la Stratégie nationale autisme et troubles du neuro-développement

Plan Maladies rares

L’Inserm a participé aux différents plans nationaux Maladies rares, notamment via les activités de ses infrastructures Orphanet et Biobanques.

À lire aussi : Maladies rares : l’Inserm coordonne un programme européen d’ampleur inégalée