L’Inserm en Occitanie Méditerranée

L’Inserm en Occitanie Méditerranée administre 14 unités mixtes de recherche (UMR), 2 centres d’investigation clinique (CIC) et 2 unités de service (UMS). Ces structures sont implantées pour la quasi-totalité à Montpellier, mais quelques-unes se trouvent à Nîmes et à La Réunion.

Chaque jour, plus de 1 100 personnes toutes tutelles confondues, dont 320 agents statutaires de l’Inserm, œuvrent au sein de ces structures dans de nombreux domaines : les déficits sensoriels et moteurs, les maladies liées au vieillissement, le cancer, les thérapies cellulaires et géniques, le développement embryonnaire, la fertilité, l’infectiologie, la biologie structurale, la bio-ingénierie, le développement et l’évolution des maladies chroniques.

Coordonnées

Délégation régionale Inserm Occitanie Méditerranée
CS 34493
60, rue de Navacelles
34394 Montpellier cedex 5
Tél. +33 4 67 63 61 30
qverpgvba.qe-zbagcryyvre@vafrez.se
La délégation est sur Twitter.

Le délégué régional


Le délégué régional Jacques Cavaillé représente le président-directeur général de l’Inserm et l’Institut auprès de l’ensemble de ses partenaires régionaux, publics et privés. Inspecteur du Trésor public durant 10 ans, il intègre en 1995 le CNRS en qualité de chef des services financiers et comptables, dans différentes délégations régionales du sud de la France. Jacques Cavaillé devient délégué régional de l’Inserm en Occitanie Méditerranée en juin 2012. Ses fonctions s’étendent à l’ensemble de l’Occitanie à compter du 15 novembre 2020.

« En Occitanie Méditerranée, plus de 70 équipes labellisées par l’Inserm travaillent au quotidien pour faire avancer la recherche dans tous les domaines de la santé. Des travaux les plus fondamentaux à la phase clinique, l’Inserm est présent et contribue, au côté de ses nombreux partenaires institutionnels, aux découvertes majeures réalisées chaque année dans les laboratoires.

Mais la qualité de cette recherche ne repose pas seulement sur l’excellence des équipes qui la réalisent. L’écosystème dans lequel ce travail s’effectue (équipements technologiques, environnement matériel, accompagnement administratif) conditionne aussi l’efficacité de l’activité scientifique. Ainsi, en Occitanie Méditerranée, près de 200 ingénieurs, techniciens et agents administratifs accompagnent les scientifiques dans leurs besoins quotidiens.

La délégation régionale de l’Inserm, installée à Montpellier, concentre certaines activités spécifiques (gestion financière, RH, contractuelle, communication) et constitue, plus généralement, l’interlocuteur de proximité pour l’ensemble des agents et partenaires de l’Inserm présents sur le territoire. » Jacques Cavaillé, délégué régional

Actualités de la délégation

Partenariats de recherche de l’Inserm en Occitanie Méditerranée

L’Université de médecine de Montpellier est la plus ancienne école universitaire de médecine du monde. La recherche en santé en Occitanie Méditerranée s’inscrit donc dans une longue tradition historique que l’Inserm, implanté localement, perpétue en sa qualité de seul organisme public français entièrement dédié à la santé.

Pour mener à bien ses actions, l’Inserm travaille en synergie avec de nombreux partenaires publics qui interviennent dans ses structures et renforcent le travail de recherche qui y est mené.

Universités

Toutes les unités de recherche Inserm du site montpelliérain, mais aussi celle de Nîmes, sont mixtes avec l’Université de Montpellier. Ce partenariat privilégié s’est enrichi en 2017 par la labellisation du consortium Montpellier Université d’Excellence (Muse) dans le cadre du succès à l’appel d’offre I‑Site (Initiatives Sciences Innovation Territoire Économie) du Programme Investissement d’Avenir (PIA). Aujourd’hui, 16 institutions orientent et animent au quotidien la stratégie scientifique locale autour de 3 défis sociétaux majeurs : nourrir, soigner, protéger. Acteur incontournable de cette dynamique, l’Inserm, membre du conseil de l’I-Site Muse, participe à l’ensemble des décisions prises par le consortium. Les 73 équipes de recherche locales labellisées par l’Inserm apportent au quotidien leur expertise sur toutes les actions développées dans le domaine de la biologie-santé du projet Muse.

  • I‑Site Muse
  • Université de Montpellier
  • Université de La Réunion
  • Université des Antilles
  • Université de Toulouse III Paul-Sabatier 

Hôpitaux et centres de lutte contre le cancer

Au-delà de la présence de personnel soignant (près de 300 professionnels) au sein de ses unités de recherche, l’Inserm en Occitanie Méditerranée entretient des liens étroits avec les structures de soins suivantes :

  • CHU de Montpellier
  • CHU de La Réunion
  • Institut du cancer de Montpellier (ICM), centre de lutte contre le cancer
  • Site de recherche intégrée sur le cancer (Siric)

Ce partenariat se matérialise notamment par :

  • Une activité commune au sein du centre d’investigation clinique implanté au CHU de Montpellier. Cette structure organise et encadre de nombreux protocoles de recherche, en particulier sur le diabète et les anomalies du métabolisme, les pathologies neurologiques et psychiatriques, les maladies infectieuses et les vaccinations, et les pathologies pédiatriques ;
  • La mise en place des fédérations hospitalo-universitaires associant l’expertise et l’excellence d’équipes cliniques des hôpitaux universitaires régionaux à celles des chercheurs Inserm du site ;
  • La participation de l’Inserm au Siric de Montpellier, qui est l’un des 8 sites de recherche intégrée sur le cancer labellisé en France. Cette entité vise à fédérer les synergies afin d’accélérer la production de nouvelles connaissances en cancérologie et de favoriser leur application dans la prise en charge des cancers. Deux grands centres de recherche Inserm sont particulièrement investis dans cet effort de structuration : l’Institut de recherche en cancérologie de Montpellier (IRCM) et l’Institut de génomique fonctionnelle (IGF).

Organismes de recherche

Très ouvert sur une approche pluridisciplinaire de la recherche dans ses laboratoires, l’Inserm développe de nombreux partenariats avec des organismes de recherche ayant une activité complémentaire : 

  • Centre national de la recherche scientifique (CNRS Occitanie Est)
  • École pratique des hautes études (EPHE)
  • Établissement français du sang (EFS de Montpellier)
  • Institut de recherche pour le développement (IRD Occitanie)

Cette logique collaborative est très marquée en Occitanie Méditerranée :

  • Un tiers des chercheurs du site sont affectés dans des unités non labellisées par l’Inserm ;
  • Le CNRS est cotutelle de 3 unités de recherche Inserm montpelliéraines.

Au-delà de la réalité institutionnelle, ces partenariats se déclinent en projets de recherche transversaux et en investissements collectifs, par exemple pour l’installation de plateaux communs à haute technicité. L’unité de service BioCampus est un parfait exemple de stratégie scientifique multi-établissement. Le CNRS, l’Inserm et l’Université de Montpellier sont tutelles de cette structure qui mutualise et pilote la plupart des plateformes technologiques présentes sur le site montpelliérain.

Collectivités territoriales

Première région française en matière d’effort de recherche et développement (avec 3,7 % des dépenses rapportées au PIB, contre 2,3 % pour la moyenne nationale), la région Occitanie propose de nombreux outils de financement de la recherche destinés à irriguer l’économie locale. L’Inserm en Occitanie Méditerranée bénéficie de ce soutien sous la forme de co-financements de contrats doctoraux et d’accueil de jeunes chercheurs, d’investissements dans des technologies de pointe, ou encore de financements de projets innovants et porteurs pour l’avenir du site de Montpellier.

La région participe par ailleurs fortement à l’effort d’investissement collectif dans le cadre des contrats de plan État-région (CPER), dont l’un des axes forts concerne la recherche. Les équipes de l’Inserm en Occitanie Méditerranée bénéficient ainsi au titre du CPER 2021–2027 d’un important investissement sur des équipements divers destinés au diagnostic, à la modélisation et aux soins.

Valorisation

En Occitanie Méditerranée, l’Inserm s’appuie dans le domaine de la valorisation sur sa filiale Inserm Transfert et sur la société d’accélération du transfert de technologies (SATT) AxLR. Une convention tripartite signée entre AxLR, l’Inserm et Inserm transfert prévoit que l’Université de Montpellier et l’Inserm confient la maîtrise d’œuvre de la valorisation de 6 de leurs unités mixtes à Inserm Transfert et des 6 autres à la SATT AxLR. En pratique, Inserm Transfert et la SATT travaillent en complémentarité et accompagnent les unités du site dans leurs démarches de valorisation de leurs travaux en termes de propriété intellectuelle, d’accélération du transfert de technologies issues des laboratoires et de création d’entreprise. Ainsi, depuis 5 ans :

  • 79 brevets ont été déposés, dont 50 par Inserm Transfert
  • 150 contrats de valorisation en moyenne sont négociés et signés chaque année au niveau de la délégation régionale (accords de confidentialité, accords de transfert de matériel biologique, contrats de collaboration, consortium…)
  • 18 start-up ont été créées et sont hébergées dans les unités de la région

À Montpellier par exemple :

  • Biodol Therapeutics, créée en 2015, développe des composés first-in-class pour le traitement des douleurs neuropathiques chroniques. Elle est issue de la valorisation d’un travail de recherche fondamentale initié au sein de l’Institut des neurosciences de Montpellier en collaboration avec le Laboratoire d’innovation thérapeutique de Strasbourg, qui a permis d’identifier le récepteur tyronise kinase FLT3 comme un acteur clé du déclenchement et du maintien de l’état de douleur neuropathique chronique. La société exploite aujourd’hui sous exclusivité les droits de 4 brevets protégeant cette innovation, et développe plus particulièrement des inhibiteurs extracellulaires du récepteur.
  • Mabqi est une spin-off de l’Institut de recherche en cancérologie de Montpellier, créée fin 2017 pour valoriser un brevet, des technologies et des savoir-faire de l’Inserm sur les banques synthétiques d’anticorps humains. La société, opérant en activité de service, sélectionne et transfère à ses clients industriels du domaine de la biopharmaceutique des anticorps humains directement développables en thérapeutique. Mabqi a conclu des partenariats avec une douzaine de sociétés à l’international et plusieurs des anticorps transférés, en cours de développement préclinique avancé, devraient entrer en phases cliniques d’ici 2023–2024.

Culture scientifique

Le service communication de l’Inserm en Occitanie Méditerranée réalise des actions de culture scientifique à destination du grand public et des scolaires dans le cadre d’évènements phares locaux et nationaux destinés à promouvoir le partage des sciences : InScience, Fête de la science, Futurapolis santé, festival du film scientifique Sud de science, Semaine du cerveau. Ces actions prennent des formes diverses allant des visites encadrées et commentées de laboratoires, des ciné-débats et conférences thématiques animées par les personnels de recherche aux expositions sur la recherche et la santé et autres outils de communication tels que des serious games et des jeux de réalité virtuelle immersifs.

Ces actions de culture scientifique sont pour partie organisées avec des partenaires institutionnels et les organismes de cotutelle des laboratoires de l’Inserm en Occitanie Méditerranée. Le service communication de la délégation régionale développe par ailleurs des liens étroits avec des structures associatives créant des ponts entre le monde de la recherche et la société :

  • Genopolys
  • Science Animation Occitanie
  • Comédie des neurones
  • Association Kimiyo
  • LabSud Diy & FabLab