Thrombose veineuse (phlébite)

La thrombose veineuse, aussi appelée phlébite, désigne la formation d'un caillot dans une veine. Elle est dite "superficielle" lorsqu'elle touche les petites veines situées entre la peau et les muscles, "profonde" lorsqu'elle atteint une veine plus importante. La localisation préférentielle des phlébites profondes se situe dans les membres inférieurs (jambes, cuisses, plis de l'aine). Dans la mesure où le caillot peut se détacher et provoquer une embolie pulmonaire (obstruction de l'artère pulmonaire), la thrombose profonde impose une consultation d'urgence.

Prévalence

5454 - Echographie Doppler en couleur, artère et veine

Echographie Doppler en couleur, artère et veine. Trajet de l'artère poplitée, en rouge et de la veine, en bleu, en arrière du genou au niveau de la bifurcation de l'artère.

Les thromboses veineuses sont une pathologie répandue puisque l'on estime à 300 000 le nombre annuel de nouveaux cas déclarés, entraînant la mort d'environ 20 000 patients. Parmi les facteurs de risque connus, l'âge vient au premier plan, même si des sujets plus jeunes peuvent être atteints. L'incidence dans la population adulte est de 1 cas pour 1 000 environ, mais peut atteindre 3 pour 1 000 dans les populations âgées de plus de 70 ans (Galanaud et al. 2007). Comme pour d'autres pathologies vasculaires, les hommes seraient un peu plus touchés que les femmes.

Facteurs de risque

L'obésité, l'insuffisance cardiaque, le tabagisme (surtout associé à la pilule contraceptive), certains cancers (thorax, abdomen, bassin), les interventions chirurgicales imposent une surveillance particulière : ces facteurs favorisent les petites lésions vasculaires formant un terrain propice au développement des thromboses.

Plus généralement, toute période occasionnant un ralentissement de la circulation (stase veineuse) comme la grossesse, le repos après un accident ou une opération, la perte d'autonomie de la personne âgée, voire le voyage en avion long courrier augmente le risque. Il en va de même pour des médicaments chez certains sujets (traitement hormonal de substitution, corticoïdes). Des maladies héréditaires ou acquise de la coagulation (déficits en AT3, protéines C et S, facteur de Leiden) peuvent avoir pour conséquence le développement récidivant de thrombo-embolies.

Faut-il avoir peur des voyages en avion ?
En 2002, l'OMS a lancé un programme international de recherche visant à élucider les liens entre les voyages aéroportés et le risque thrombo-embolique (étude WRIGHT : World Health Organization Research Into Global Hazards of Travel). D'après les premiers résultats publiés en 2007, il ressort que le risque de souffrir d'une thrombo-embolie veineuse (TEV) est multiplié par deux environ après quatre heures de voyage et plus. Pas de panique : même avec ce risque accru, le risque absolu de TEV reste faible, environ 1 pour 6 000. L'étude établit que d'autres facteurs accroissent le risque de TEV au cours des voyages : l'obésité, la taille (plus de 1 m 90 ou moins de 1 m 60), les contraceptifs oraux et les troubles sanguins héréditaires.

Symptômes, diagnostic, traitement

La thrombose veineuse superficielle ; copyright : Hôpital cantonal de Genève

La thrombose veineuse superficielle

La thrombose superficielle provoque une douleur et une rougeur dans la zone concernée, qui durcit (induration). La forme profonde, parfois associée à cette manifestation superficielle, se traduit par une douleur plus diffuse, une inflammation, une coloration bleuâtre de la zone touchée, un réchauffement de la peau et une dilatation des veines de surface. La consultation d'urgence s'impose alors.

Pour poser son diagnostic, le médecin peut avoir recours à divers examens : écho-Doppler veineux, phlébographie (radiographie détaillée de la zone où l'on suspecte un caillot), dosage des D-dimères (dégradés de la fibrine). Le traitement repose sur l'administration d'anticoagulants (héparine, AVK).

Pour aller plus loin

Communiqués de presse

Les associations de malades

Inserm-Associations - la base Inserm Associations

Articles

  • 18307 - Coupe transversale de veine

    Coupe transversale de veine. On distingue les trois couches de la paroi, de l'intérieur vers l'extérieur : intima, média, adventice.

    Mutations des protéines de la coagulation et thromboses (318,4 ko)
    Aiach Martine, Alhenc-Gelas Martine, Borgel Delphine, Emmerich Joseph, Gandrille Sophie, Picard Véronique, M/S médecine/sciences, 2006, 22, 11, 985-989
  • Cibles des médicaments antithrombotiques (231,8 ko)
    Drouet Ludovic, Ripoll Laurent, M/S médecine/sciences, 2006, 22, 10, 887-892

Sites

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Google+ Linkedin Viadeo Twitter Facebook