Science

Les lymphocytes T CD4 joueraient un rôle essentiel dans le remodelage cardiaque en cas d’hyperpression sanguine. Cette découverte ouvre de nouvelles perspectives pour lutter contre ce phénomène et prévenir l’insuffisance cardiaque.

© Inserm/Gadeau, Alain-Pierre et Renault, Marie-Ange

Le système immunitaire semble bel et bien impliqué dans le remodelage cardiaque induit par une hyperpression persistante ! Ce phénomène de remodelage n’est pas rare en cas de rétrécissement aortique (une réduction du diamètre d’ouverture de la valve aortique), ou encore en cas d’hypertension artérielle chronique. Ces troublent exercent en effet une pression très forte sur le cœur, qui réagit en s’hypertrophiant puis en se dilatant. Ce processus est associé à un risque important d’apparition d’une insuffisance cardiaque.

Si les mécanismes impliqués dans ce remodelage sont mal connus, des études antérieures ont permis de constater qu’il est associé à l’accumulation de facteurs d’inflammation, notamment des cytokines pro-inflammatoires. Dès lors, les travaux se sont orientés vers la piste inflammatoire et immune. Nathalie Pizzinat* et ses collaborateurs ont décidé de plus particulièrement aux lymphocytes T CD4 et CD8.

Dans cet objectif, les chercheurs ont utilisé des souris déficientes pour l’un ou l’autre de ces types de lymphocytes, chez lesquelles ils ont provoqué une hyperpression sur le cœur en déclenchant une constriction de l’aorte.

Les CD4 indispensables au remodelage

Résultat : l’absence de lymphocytes CD4 semble prévenir la survenue du remodelage délétère et de l’insuffisance cardiaque. En effet, le cœur des souris déficientes en ces cellules n’a pas évolué vers l’insuffisance cardiaque malgré l’hyperpression chronique. L’absence de lymphocytes CD8 n’a pas cet effet. "Les cellules CD4 sont indispensables au remodelage cardiaque, confirme Nathalie Pizzinat. C’est la première fois que nous prouvons une origine immunitaire de ce phénomène. Nos travaux indiquent également que l’activation de ces cellules serait déclenchée par la reconnaissance d’un ou plusieurs antigènes spécifiques. Mais aucune piste ne permet pour l’instant de savoir le ou lesquels", précise-t-elle.

Ces travaux sont encore fondamentaux mais ils ouvrent néanmoins une nouvelle voie pour tenter de prévenir ce remodelage : "Nous en sommes à un stade très préliminaire. Mais si nous identifions le ou les antigènes qui activent les CD4 en cas d’hyperpression et que nous comprenons mieux les événements immuns, il deviendra envisageable de développer de nouvelles thérapies pour lutter contre le risque d’insuffisance cardiaque", conclut la chercheuse.

 

Note

*unité 1048 Inserm/Université Paul Sabatier, Institut des maladies métaboliques et cardiovasculaires (I2MC), Toulouse

Source

F. Laroumanie et coll. CD4+ T Cells Promote the Transition from Hypertrophy to Heart Failure
During Chronic Pressure Overload. Circulation, édition en ligne du 21 mars 2014

Pour aller plus loin