Un projet de revêtements anti-SARS-CoV-2 pour protéger les équipes hospitalières

Science

À Strasbourg, des chercheurs travaillent à la mise au point de revêtements antiviraux, applicables sur la surface de dispositifs médicaux, mais aussi sur les muqueuses nasales ou buccales des personnels des hôpitaux.

Pour faire barrière au SARS-CoV-2, Philippe Lavalle* veut développer un système de protection antivirale innovant : des revêtements qui pourraient être appliqués sur la surface de divers dispositifs médicaux (sondes, cathéters…), mais aussi sur les muqueuses nasales et buccales de personnes qui travaillent en milieu hospitalier. Un projet de revêtement destiné à être appliqué aux masques de protection est également à l'étude. Dans le cadre de ce projet, baptisé TerminAnion, le chercheur travaille de concert avec Catherine Schuster**, en partenariat avec la société Spartha Medical.

Pour mener à bien ce projet, les équipes vont dans un premier temps cribler de nombreuses molécules pour leur capacité à inhiber le SARS-CoV-2 et sélectionner les plus efficaces, qui présentent les propriétés antivirales les plus intéressantes. Elles les utiliseront ensuite pour mettre au point des revêtements, les tester et valider leur efficacité.

Si ce projet présente un intérêt immédiat pour lutter contre le Covid-19, les chercheurs espèrent qu'il pourra en outre être « décliné » et s’appliquer à la protection contre d’autres agents infectieux.

Pour en savoir plus, découvrez l’interview vidéo de Philippe Lavalle :

Un projet de revêtement antiviral contre le Covid-19 - interview de Philippe Lavalle – 2 min 37 – Mai 2020

A lire aussi : TerminAnion : un projet de revêtement antiviral pour les surfaces et les personnes

Notes :
* Biomatériaux et bioingénierie, unité 1121 Inserm/Université de Strasbourg
** Institut de recherche sur les maladies virales et hépatiques, unité 1110 Inserm/Université de Strasbourg