Prévitox : un réseau Inserm pour évaluer la toxicité médicamenteuse

Institut

À partir du 1er janvier 2019, l’Inserm coordonnera Prévitox, un réseau de laboratoires dédié à l’évaluation de la toxicité médicamenteuse, financé par l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

Proposer des procédures d’évaluation de la toxicité dans les phases précédant la mise sur le marché des médicaments. Ou bien répondre rapidement à la survenue d’événements indésirables graves après leur commercialisation. Tels sont les objectifs du réseau Prévitox, qui constituera un outil unique en matière d’évaluation de la toxicité médicamenteuse à partir de test in vitro et in silico.

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) financera pour trois ans ce projet porté par l’Institut NuMeCan "Nutrition, Métabolismes et Cancer" (unité 1241 Inserm/Inra/Université de Rennes 1) dirigé par Bruno Clément de l’Inserm.

Organoïde de foie. Crédits : Inserm/B. Clément

Autour de NuMeCan, trente-deux laboratoires de l’Inserm, du CNRS et du CEA regrouperont leurs compétences pour modéliser la toxicité de médicaments à partir de cultures cellulaires – 2D, 3D, organoïdes, iPS – et de biomarqueurs. Ces techniques permettront notamment aux chercheurs de se dispenser des modèles animaux, dans le cadre de l’application des principes 3R : Replacement, Reduction, Refinement (Directive européenne n° 2010/63/EU). L’exploitation des bases de données de pharmacovigilance et pharmacogénétique permettra en outre d’affiner ces modèles en prédisant l’impact de la toxicité sur des populations spécifiques.

Prévitox bénéficiera également de la participation de l’ART BioPrint – l'accélérateur de recherche technologique de l'Inserm dédiées à la bioimpression – et de quatre infrastructures nationales de recherche :

  • Ingestem experte dans la recherche sur les cellules souches et l'ingénierie des tissus humains 
  • MetaboHub dédié au métabolisme
  • ProFi qui propose des équipements et des services pour les études protéomiques
  • ChemBioFrance réunissant des collections de molécules biologiquement actives et des outils d'analyse et de recherche

Le réseau aura pour seul donneur d’ordre l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé. Il ne répondra pas aux sollicitations des laboratoires pharmaceutiques.

Les trois premières années, Prévitox se consacrera à un projet pilote d’étude de molécules connues afin de démontrer l’efficacité de ses procédures. À partir de 2022, le réseau entrera dans sa phase opérationnelle et pourra évaluer la toxicité de molécules jamais testées auparavant.