Covid-19 : Suivre l’évolution des connaissances et des comportements de la population

Science

À l’institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique à Paris, l’équipe Surveillance et modélisation des maladies infectieuses sonde les connaissances, perceptions et comportements de la population générale et des professionnels de santé face à l'épidémie de Covid-19. L’objectif est de caractériser et de quantifier les changements de comportement, pour paramétrer des modèles mathématiques de progression de l’épidémie. Les données recueillies sont précieuses à la prise de décision des pouvoirs publics.

En cas d’épidémie, les autorités sanitaires ont besoin de connaître le niveau d’information de la population et ses changements de comportement. Ces informations sont nécessaires pour endiguer au plus vite la propagation de la maladie : elles permettent d’adapter l’organisation des soins et les décisions publiques (comme la mise en place du télétravail, la fermeture des écoles, l’annulation d’événements publics...). L’équipe de recherche Surveillance et modélisation des maladies infectieuses, dirigée par Pierre-Yves Boëlle à l’institut Pierre-Louis d’épidémiologie et de santé publique* à Paris, est rompue à l’exercice. Ce laboratoire réalise des modélisations pour prévoir la progression des maladies infectieuses dans le temps et dans l’espace. Il est également spécialisé dans la surveillance épidémiologique en France, grâce au réseau Sentinelles** (réseau de médecins généralistes et pédiatres) et à GrippeNet.fr (cohorte en population générale). Dans le cadre de l’épidémie de Covid-19, l’équipe a interrogé le grand public et les professionnels de santé en France métropolitaine sur leurs perceptions et comportements face au virus dans le but d’informer les pouvoirs publics.

L’équipe a déjà réalisé deux enquêtes en population générale via la cohorte GrippeNet.fr. Environ 6 000 volontaires participent à cette étude en ligne, développée depuis 2011 par l’Inserm, Sorbonne Université et Santé publique France. Chaque semaine en période hivernale, les participants répondent à un questionnaire les invitant à récapituler les éventuels symptômes qu’ils ont ressentis depuis leur dernière connexion (fièvre, toux…). "Cette cohorte permet de surveiller les syndromes grippaux et les comportements associés, comme la vaccination ou la prise de médicaments. Nous encourageons un maximum de personnes à y adhérer afin de recueillir des données plus précises, en particulier dans le contexte actuel", clarifie Marion Debin, membre de l’équipe.

Évaluer en population générale…

Un premier questionnaire spécifique au Covid-19 a été envoyé aux participants le 12 février au moment de la phase 1 de l’épidémie. Un second leur a été adressé le 11 mars, pendant la phase 2, juste avant le passage en phase 3. Environ 3 500 personnes ont répondu au premier questionnaire, 2 700 au second. Les questions portaient sur la connaissance du virus, de ses modes de transmission, de son niveau de contagiosité estimé ou encore de la gravité du Covid-19 par rapport à d’autres maladies infectieuses. D’autres questions portaient sur la modification des comportements, l’attitude adoptée en cas de symptômes, la confiance accordée aux autorités sanitaires ou encore le niveau d’adhésion aux mesures prises.

GrippeNet.fr fait partie du réseau européen de surveillance participative InfluenzaNet, qui comprend onze pays. Le questionnaire utilisé en France, traduit, a ainsi pu être envoyé à des habitants du Royaume-Uni, d’Italie, de Suisse, d’Irlande ou encore d’Espagne. "Il y a moins de participants dans ces pays, mais cela permet tout de même d’élargir la compréhension de ces phénomènes", explique Marion Debin.

Participez à la surveillance de l’épidémie de coronavirus Covid-19

GrippeNet.fr est un projet de recherche sur la grippe, permettant de compléter les données des systèmes de surveillance traditionnels de la grippe (issues des cabinets de médecins de ville et des hôpitaux) avec des données collectées directement auprès de la population.

Dans le contexte actuel, GrippeNet.fr s’adapte pour suivre également l’épidémie de Covid-19 et devient Covidnet.fr. Quel que soit votre état de santé, vous pouvez vous inscrire anonymement à l’aide d'une adresse email, et compléter un premier questionnaire. Il vous sera ensuite proposé de remplir un court questionnaire en ligne une fois par semaine.

En rejoignant Covidnet.fr, vous contribuerez à la surveillance et aux travaux de recherche sur le Covid-19. Vous serez informés chaque semaine des résultats du suivi réalisé et vous pourrez recevoir des informations scientifiques sur le Covid-19.

En savoir plus sur Covidnet.fr

S’inscrire

Des questions ? Visitez la FAQ !

… et des professionnels de santé

L’équipe a également sondé des médecins généralistes et des pharmaciens. Les premiers ont été interrogés via le réseau Sentinelles, qui comprend environ 1 300 médecins généralistes et pédiatres. Un questionnaire leur a été envoyé le 14 février, auquel 343 médecins généralistes ont répondu. Ils étaient interrogés sur les modifications de leurs pratiques liées à l’épidémie de Covid-19, sur leur niveau d’inquiétude et celui de leurs patients, sur leur avis quant aux informations émanant des pouvoirs publics, notamment au regard de la conduite à tenir, sur leur degré de préparation face à cette infection... Des médecins belges et espagnols ont également reçu ce questionnaire grâce à des réseaux partenaires, toujours dans un esprit de comparaison européenne des données. L’équipe envisage de réinterroger les médecins français d’ici quelques semaines ou mois pour suivre l’évolution de leur ressenti et de leurs pratiques.

Enfin, un questionnaire très proche a été envoyé à des pharmaciens le 3 mars, via la société privée IQVIA avec laquelle le réseau Sentinelles entretient un partenariat scientifique non financier depuis 1999. Sur 13 700 pharmacies sollicitées, 1 446 personnes ont répondu à l’étude.

"Nous avons commencé à analyser les réponses et faisons des rapports réguliers à Santé publique France. L’objectif est évidemment d’être le plus réactif possible au regard de la situation, pour apporter un vrai soutien aux décisions publiques", conclut Marion Debin.

Le consortium REACTing (REsearch and ACTion targeting emerging infectious diseases) coordonné par l’Inserm promeut la recherche contre les maladies infectieuses émergentes. Mi-mars, ce consortium a retenu 20 initiatives scientifiques visant à améliorer les connaissances et la lutte contre le Covid-19. Le projet décrit dans cet article en fait partie.

Pour en savoir plus sur les projets retenus (en anglais)

Notes :
* unité 1136 Inserm/Sorbonne Université
** Créé en 1984, ce réseau piloté par l’Inserm et Sorbonne Université réalise de la veille sanitaire et des prévisions épidémiques grâce à un recueil de données sur le terrain.