Serge Bonfils

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Mis à jour le 3 mai 2019 

Serge Bonfils, médecin gastroentérologue a entamé sa carrière scientifique avec un prestigieux nutritionniste, Jean Trémolières, directeur de la première unité de recherche de l’Inserm à l’hôpital Bichat à Paris. “Jean Trémolières », explique Serge Bonfils, “que je ne connaissais pas, m’a proposé de venir travailler avec lui ; il venait de lire mon mémoire de médaille d’or sur le syndrome général d’adaptation, décrit récemment par H. Selye, qu’il avait trouvé passionnant ; il a ainsi été mon premier patron de recherche à partir de1951. » Il mène donc ses activités, d’une part en tant que chercheur dans l’équipe de Trémolières et, d’autre part, en tant qu’assistant, puis médecin des hôpitaux dans le service de gastroentérologie d’André Lambling. Il réunit peu à peu, autour de lui, médecins hospitaliers, pharmaciens et scientifiques, dans une orientation gastroentérologique à la fois clinique et de recherche. 

Ses travaux portent surtout sur les pathologies de l’estomac, notamment en relation avec les modifications de la sécrétion gastrique, les sécrétions anormales d’hormones et les facteurs psychologiques. Ses recherches comportent une part notable d’expérimentation sur l’animal, avec la mise au point de techniques d’exploration d’ulcères gastriques, à côté des dosages hormonaux, d’abord biologiques, puis radio-immunologiques. Chef de service hospitalier ensuite, Serge Bonfils ne coupera jamais le contact avec les problèmes cliniques, animé par le souci d’une application rapide à l’homme des résultats de ses recherches fondamentales. 

Les travaux de Serge Bonfils, médecin chercheur exemplaire, ont très largement fait progresser les connaissances sur les maladies du système gastro-intestinal (notamment sur les ulcères, le syndrome de Zollinger-Ellison, maladie ulcéreuse grave liée à une hypersécrétion de gastrine par une tumeur bénigne ou maligne du pancréas, et sur les tumeurs digestives). Il a également été précurseur par ses recherches sur l’abord psychosomatique des maladies digestives et les troubles somatiques en gastroentérologie. 

Biographie

Serge Bonfils est né le 19 janvier 1923 à Paris. Il a mené ses études secondaires à l’École Alsacienne et supérieures à la faculté de médecine de Paris. 

  • Interne des hôpitaux de Paris (1945), médaille d’or.
  • Assistant des hôpitaux (1953).
  • Docteur en médecine (1960), médecin des hôpitaux de Paris (1964).
  • Directeur du groupe de recherche en gastroentérologie de l’Association Claude-Bernard/INH (1960–1963), devenu l’unité de recherche Inserm 10 de gastroentérologie, hôpital Bichat, Paris (1964–1983).
  • Professeur agrégé à la faculté de médecine de Paris (1964).
  • Chef du service de gastroentérologie de l’hôpital Bichat – Claude-Bernard à Paris (1969–1989).

L’unité de recherche Inserm 10 de gastroentérologie dans les années 1980 – Physiologie et pharmacologie sécrétoires de l’estomac chez l’homme et chez l’animal : ulcères expérimentaux, psychosomatique humaine et expérimentale – Biologie et pharmacologie de la muqueuse gastrique à l’échelon cellulaire, subcellulaire et moléculaire – Régulation endocrine des activités du tube digestif : récepteurs hormonaux, morpho-physiologie, physiologie – Régulation nutritionnelle en rapport avec les processus digestifs, trophicité des muqueuses – Physiologie et physiopathologie (résection intestinale, alimentation parentérale et entérale continue)- Mécanismes membranaires de transport des ions par l’épithélium gastro-intestinal 

  • Professeur à titre personnel à la faculté de médecine Xavier-Bichat, université Paris VII (1972).
  • Titulaire de la chaire des maladies de l’appareil digestif (1978–1989), professeur consultant (1989–1992).
  • Coordinateur du diplôme inter-universitaire de Paris VI et Paris VII de psychosomatique. 
  • Coordinateur de la formation doctorale “Biologie cellulaire et fonctionnelle des processus digestifs”, université Paris VII. 
  • Professeur émérite à l’université Paris VII, faculté Xavier Bichat (1992).

Serge Bonfils est décédé à Paris en 2013. 

Instances scientifiques et d’administration de la recherche

  • Président de la commission scientifique spécialisée (CSS) de l’Inserm “Métabolismes inorganiques, physiologie et pathologie hépatiques et digestives” (1964–1967, 1968–1974), membre de la CSS “Nutrition, appareil digestif et annexe : physiologie, physiopathologie, pharmacologie, toxicologie, environnement, chirurgie, radiologie, épidémiologie, santé publique, génie biologique et médical” (1979–1982).
  • Président de la commission de l’édition de l’Inserm (1983–1986)
  • Président de l’action complémentaire coordonnée de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) “Adaptation et régulation nutritionnelle” (1979–1983).
  • Responsable de la coopération internationale de la faculté de médecine Xavier-Bichat, université Paris VII et, plus particulièrement, de la mise en place du réseau Erasmus du Conseil de l’Europe, avec la Suède, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne et l’Italie. 
  • Vice-président de l’Organisation mondiale de gastroentérologie (1986 ‑1990).
  • Conciliateur médical à l’hôpital Bichat (1989–1992).
  • Responsable des échanges inter-universitaires franco-colombiens, avec l’université nationale de Bogota, puis de Carthagène : accueil de boursiers colombiens, organisation de congrès conjoints (Bogota, 1992), protocoles de travail conjoints (sécrétion gastrique, Helicobacter pylori), participation de Colombiens aux congrès français. 

Sociétés savantes

  • Membre de la Société nationale française de gastroentérologie, de l’American Gastroenterological 
  • Association, membre d’honneur de la British Society of Gastroenterology, membre fondateur de l’European Gastro-Club.
  • Membre des sociétés de gastroentérologie suisse, allemande, hongroise, argentine, colombienne, mexicaine. 
  • Vice-président de l’Organisation mondiale de gastroentérologie.
  • Membre du cercle André Lambling (fondateur en 1980), cercle d’éthique médicale et comprenant 250 membres dans 34 pays. 

Distinctions

  • Docteur Honoris Causa de l’université Szenl-Gyorgy de Szeged (1987) et de l’université nationale de Colombie.
  • Officier de la Légion d’honneur et dans l’Ordre national du mérite.