Patrick Curmi

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Patrick Curmi est un spécialiste de l’étude de la structure et de l’activité des protéines, notamment celles formant les microtubules du cytosquelette, et dudéveloppement de nanotechnologies pour l’étude de systèmes biologiques. 

Après un doctorat en médecine, il s’oriente, au milieu des années 1980, vers la recherche fondamentale. Durant sa thèse de science, il travaille avec Alain Tedgui sur les processus biochimiques et biophysiques contribuant au développement des maladies cardiovasculaires. Il souligne l’importance des récepteurs aux Low density lipoproteins (LDL) impliqués dans le métabolisme des lipides au sein des parois vasculaires. Il montre que ces récepteurs participent au transport et à la dégradation de ces lipoprotéines, dont l’accumulation est un élément important de la formation des plaques d’athérosclérose.

Il explore ensuite de nouvelles implications de la protéine stathmine dans la dynamique de polymérisation des microtubules. En s’appuyant sur des approches de biologie moléculaire et de protéomique ciblant la famille de la stathmine, il met au point les conditions expérimentales qui permettront de découvrir, en 2000, la structure d’un complexe stathmine-tubuline. Il s’agit de la première structure atomique de la tubuline, une protéine majeure du cytosquelette, indispensable à de nombreux processus cellulairesCe travail a été réalisé au sein de l’unité 440 dirigée par André Sobel et en collaboration avec une équipe du CNRS. Cette structure confirmera de façon formelle, le mécanisme de séquestration de la tubuline non polymérisée par la stathmine, mécanisme qu’il avait prédit avec ses collaborateurs quelques années plus tôt, à partir de résultats de biochimie. Ces résultats ont ouvert de nouvelles voies diagnostiques et/ou thérapeutiques, notamment dans le domaine du cancer du sein ou de dysfonctionnements neuronaux. 

Convaincu de l’importance de la pluridisciplinarité dans la recherche en biologie et en médecine, Patrick Curmi coordonne, au milieu des années 2000, un réseau européen de spécialistes des matériaux, de photo-physiciens, de chimistes et de biologistes, en vue de fabriquer des nanoparticules fluorescentes de diamant comme marqueurs permanents de biomolécules, pour développer des applications innovantes en biologie quantitative. Ces recherches, à la frontière des nanosciences et de la biologie, ont également un intérêt dans le domaine des matériaux (marquage et photoconversion pour l’énergie photo-électrique). Les travaux sur la fabrication les applications de nanoparticules fluorescentes de diamant sont en cours de valorisation au sein de la société DiamLite, qui a reçu le soutien d’Oséo en2012 et 2013. 

Patrick Curmi est, depuis 2015, le président de l’université d’Evry-Val-d’Essonne. Il poursuit sa direction de recherches au sein du laboratoire « Structure et activité des biomolécules normales et pathologiques », au sein de l’unité mixte Inserm, dirigée par David Pastré. 

Biographie

Patrick Curmi est né le 16 février 1959 à Neuilly (92). Il a mené ses études secondaires à Chatenay-Malabry et ses études supérieures à Paris et à Orsay. 

  • Doctorat en médecine, faculté de médecine Broussais Hôtel-Dieu, Paris, 1985.
  • 2ème année de certificat d’études supérieures en cardiologie, faculté de médecine Lariboisière-Saint-Louis, Paris, 1987. 
  • Préparation de thèse dans l’équipe d’Alain Tedgui, au sein de l’unité Inserm 141 « Dynamique cardio-circulatoire, biologie de la paroi vasculaire », dirigée par Bernard Lévy, hôpital Lariboisière, Paris (1985–1991).
  • Chargé de recherche de 1ère classe (1990), directeur de recherche de 2ème classe (2001), directeur de recherche de 1ère classe (2010) à l’Inserm. 
  • Chercheur au sein de l’unité Inserm 153 « Développement, pathologie, régénération du système neuromusculaire », dirigée par Michel Fardeau, Institut du Fer-à-Moulin, Paris (1991–1996).
  • Chercheur dans l’unité Inserm 440 « Signalisation et différentiation cellulaires dans les systèmes nerveux et musculaires », dirigée par André Sobel, sur le même site (1996–2000).
  • Enseignant à l’université d’Évry-Val-d’Essonne en master sur les microscopies optiques et les microscopies électroniques (2007–2010) et sur les nanomatériaux à l’École supérieure des mines de Paris (2010–2014).
  • Responsable de l’équipe « Interactions moléculaires et signalisation intracellulaire » au sein de l’unité Inserm 440, Paris (2000–2003).
  • Responsable de l’équipe ATIGE « Microtubules, cycle cellulaire, fonction neuronale », dans le laboratoire « Structure et reconnaissance des biomolécules », université d’Evry-Val‑d’Essonne, Evry (2004–2006).
  • Directeur du SERB « Structure et reconnaissance des biomolécules », laboratoire associé/université d’Evry-Val‑d’Essonne, Evry (2006–2007).
  • Directeur de l’unité mixte de recherche Inserm 829/université d’Evry « Structure et activité des biomolécules normales et pathologiques » (2007–2014), université d’Evry-Val‑d’Essonne, Evry.
  • Direction de recherches au sein du laboratoire « Structure et activité des biomolécules normales et pathologiques », unité mixte Inserm 1204/université d’Evry, dirigée par David Pastré, université d’Evry-Val‑d’Essonne, Evry. 
  • Doctorat en sciences, dont la thèse s’intitule « Transport des lipoprotéines de basse densité dans la paroi artérielle. Rôle fonctionnel des récepteurs LDL, effets de l’hyperpression artérielle », université Paris XI (1991).

Instances scientifiques et de gestion de la recherche

  • Membre de la commission des moyens (2005–2009) de la commission spécialisée Biologie (2006–2008) et du conseil scientifique de l’université d’Evry (2006–2011).
  • Coordinateur du réseau européen « Nano4Drugs », a Specific Targeted Research Project de la communauté européenne, impliquant huit laboratoires académiques européens et deux PME (2006–2008).
  • Membre du conseil scientifique conjoint des associations de malades Association française de l’ataxie de Friedreich/Connaitre les syndromes cérébelleux/Association Strümpel Lorrain, depuis 2008. 
  • Membre du conseil de direction du neuropôle francilien, devenu domaine d’intérêt majeur « Cerveau et pensée » (2008–2014).
  • Responsable scientifique français du Groupe de recherche international CNRS franco-russe « Early Events in Human Pathologies/Cancer – Neurodegenerative Diseases » (2011–2012).
  • Responsable scientifique français du Groupe de réflexion international CNRS franco-russe « Molecular and Cellular Events in Human Pathologies/Cancer – Neurodegenerative Diseases » (2013–2015).
  • Responsable scientifique du projet franco-sibérien « Nucleic acid : Protein interactions » CNRS/Siberian Branch of the Russian Academia of Sciences (2013–2014).
  • Membre du bureau éditorial de la revue Therapeutic delivery depuis 2009. 
  • Premier vice-président du conseil scientifique (2012–2014), puis président de l’université d’Evry-Val-d’Essonne depuis 2015. 

Prix – distinctions

  • Lauréat du concours Oséo émergence, future société DiamLite de fabrication de nanodiamants pour les sciences de la vie et les matériaux (2012).,
  • Lauréat du concours Oséo création d’entreprises innovante (2013).