Michel Simonet

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Praticien hospitalier, Michel Simonet a mené de front une activité de recherche clinique en microbiologie et de recherche fondamentale sur l’appréhension de la pathogénie bactérienne, domaine dans lequel Stanley Falkow, microbiologiste et immunologiste américain, a joué un rôle de pionnier dans les années 1970. Le développement à cette période de la biologie moléculaire et d’outils génétiques a ainsi permis l’identification des facteurs de virulence de bactéries pathogènes pour l’homme, mais aussi pour les animaux et les plantes, et ouvert de nouvelles perspectives en infectiologie. En effet, l’identification des stratagèmes déployés par une bactérie pour infecter un hôte permet de mieux la combattre, surtout si elle résiste aux antibiotiques, une situation aujourd’hui très fréquente en médecine : en inhibant les facteurs de virulence essentiels à une bactérie pathogène, le processus infectieux qu’elle induit peut être théoriquement abrogé. Par ailleurs, la mise au jour des facteurs de pathogénie d’une bactérie est également utile au clinicien confronté à une maladie infectieuse causée par un organisme dont la réplication in vitro (par culture) est impossible ou très laborieuse : la détection des facteurs propres à un pathogène dans un produit biologique permet alors au médecin traitant d’instaurer rapidement une antibiothérapie adaptée au microorganisme ainsi décelé, sans que ce dernier ait été isolé après culture. 

Les Yersinia, bactéries à Gram négatif regroupant trois espèces virulentes (Yersinia pestis, responsable d’une maladie gravissime et toujours d’actualité, la peste ; Yersinia pseudotuberculosis et Yersinia enterocolitica, deux microorganismes occasionnant des pathologies du tractus digestif) ont été les modèles d’étude de Michel Simonet. Ses investigations, qui ont fait l’objet d’une quarantaine d’articles originaux, ont visé à améliorer la connaissance de l’épidémiologie de ces infections, ainsi qu’à établir expérimentalement leur meilleur traitement. Mais surtout, les recherches de Michel Simonet ont eu pour objet de mieux connaître le support génétique de la virulence bactérienne et sa régulation, les applications médicales de ses découvertes étant son objectif in fine. Plusieurs de ses travaux ont été réalisés en collaboration avec des groupes nord-américains, japonais et européens. 

Biographie

Michel Simonet est né le 10 septembre 1949 à Paris. Il a mené ses études secondaires à Chatenay-Malabry (Hauts-de-Seine) et ses études supérieures à Paris. 

  • Diplôme d’état de pharmacien de la faculté de pharmacie de Paris 1973).
  • Certificats d’études spéciales d’hématologie de diagnostic biologique parasitaire, bactériologie et virologie cliniques, d’immunologie générale (1976, 1978, 1979).
  • Diplômes de mycologie médicale, d’immunologie générale et d’immunologie microbienne de l’Institut Pasteur (1980, 1982, 1984).
  • Diplôme d’études et de recherches en biologie humaine (1985).
  • Doctorat d’état ès-sciences pharmaceutiques, « Intoxication chronique par le cadmium et sensibilité à l’infection expérimentale par Listeria monocytogenes », faculté de médecine de Paris (1984).Post-doctorat dans le Department of Microbiology and Immunology, chez Stanley Falkow, School of Medicine, Stanford University, Californie (1989–1990).
  • Assistant des hôpitaux – assistant des universités, puis maître de conférences des universités-praticien hospitalier en bactériologie, hôpital Necker – Enfants Malades (1981–1995).
  • Professeur des universités – praticien hospitalier en bactériologie au centre régional hospitalo-universitaire de Lille depuis 1995.
  • Directeur (1999–2009) de l’équipe de recherche Inserm E9919 « Interactions cellulaires et moléculaires des bactéries pathogènes avec l’hôte », Institut de biologie, Institut Pasteur de Lille (1999–2005), devenue unité Inserm 801 avec le même intitulé (2006–2009).

Instances scientifiques et de gestion de la recherche

  • Membre de la commission scientifique spécialisée (CSS) de l’Inserm « Infection et immunité : immunologie, immunopathologie et transplantation – inflammation et maladies inflammatoires – microbiologie et maladies infectieuses » (1999–2002), puis des CSS « Microbiologie et maladies infectieuses – Micro-organismes, relations hôte-pathogène, oncogenèse virale, agents et thérapeutiques anti-infectieux » (2003–2006) et « Immunologie, maladies infectieuses, hématologie, hémostase » (2008–2012).
  • Membre de la commission de classement du personnel scientifique de l’Institut Pasteur (2000–2003).
  • Expert auprès du département biologie, médecine, santé de la mission scientifique, technique et pédagogique du ministère délégué à la recherche (2003–2007).
  • Membre de la section « Bactériologie-hygiène-virologie » du conseil national des universités (depuis 2010). 

Sociétés savantes – Académies

  • Membre de la Société française de microbiologie et de l’American Society for Microbiology.