Martine Bungener

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Les travaux de Martine Bungener, économiste et sociologue, ont porté sur l’étude de l’organisation du système de santé, du système de production de soins et sur les pratiques en médecine libérale. 

Les situations de maladies, comme l’activité thérapeutique ou encore l’organisation même de la médecine, ont longtemps échappé à l’analyse économique. Les travaux de recherche de Martine Bungener, d’abord aux côtés du professeur Emile Lévy, ont contribué à la construction, en France, de ce nouvel objet de recherche, dans une approche résolument pluridisciplinaire. 

Elle a d’abord analysé la croissance des dépenses de santé, analyse jusque là inédite, dans un contexte de croissance économique, elle aussi d’ampleur inconnue jusqu’alors, qui voit émerger de nouvelles problématiques. Ces dernières étant liées aux contraintes internes du développement économique (chômage et état de santé) et consécutives à la pression d’aspirations croissantes en matière de progrès et de bien-être. 

Les recherches de Martine Bungener et de ses collaborateurs ont porté, ensuite, sur la compréhension des déterminants économiques et sociaux des transformations des modes de production et de consommation de soins, la démographie et l’évolution des pratiques médicales, en particulier en médecine générale, et, également, sur la question largement négligée de la gestion familiale des soins en hospitalisation à domicile. 

Martine Bungener aborde la question de la vie en milieu ordinaire pour les patients atteints d’une maladie mentale chronique et, plus globalement, celui de la délimitation sociale du mandat de la médecine avec, comme interrogation, quelle médecine voulons-nous et dans quelle société ? 

Biographie

Martine Bungener est née le 28 mai 1949 à Paris. Elle a mené ses études secondaires à l’Institut de la Madeleine et à Sainte-Marie de Passy et ses études supérieures à la faculté des sciences économiques de Paris X‑Nanterre.

  • Maîtrise d’économie (1971), licence de sociologie (1972), DESS d’économie publique, université de Paris X‑Nanterre (1973).
  • Chargée de recherche au centre de recherches économiques et sociales, dirigé par Emile Lévy, faculté des sciences économiques de l’université de Paris X‑Nanterre (1971–1973).
  • Chargée d’enseignement et de recherche à l’université Paris IX-Dauphine (1974–1977).
  • Attachée de recherche (1977), chargée de recherche (1982), directrice de recherche (1995) au CNRS. 
  • Thèse de 3ème cycle en économie publique, université de Paris IX-Dauphine sur le sujet « Besoins en médecins et fonctions sociales de la médecine. Essai sur la démographie médicale » (1980).
  • Affectée au Legos, équipe de recherche associée CNRS-université Dauphine, dirigé par Emile Levy (1981–1986).
  • Responsable d’une équipe de recherche au CERMES, unité mixte Inserm 304/ CNRS/Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) « Médecine, maladies et sciences sociales », hôpital Paul-Brousse, Villejuif, dirigée par Claudine Herzlich (1987–1994), à laquelle elle succèdera. 
  • Habilitation à diriger des recherches en économie, université de Paris IX – Dauphine (1993).
  • Chargée de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales – EHESS (1993–1996).
  • Directrice de l’unité mixte Inserm 502″/CNRS/EHESS – CERMES « Médecine, sciences, santé et société », hôpital Paul-Brousse, Villejuif (1998–2005).
  • Directrice du CERMES – unité mixte Inserm 750/CNRS/EHESS dont l’intitulé est devenu « Médecine, science et société : dynamiques de recomposition », hôpital Paul-Brousse, Villejuif (2006–2009). 
  • Déléguée scientifique pour les sciences humaines et sociales à l’Institut des sciences biologiques du CNRS depuis 2008.
  • Directrice adjointe de l’Institut thématique multi-organismes (ITMO) en santé publique, Alliance pour les sciences de la vie et de la santé – Aviesan (2009–2011).
  • Directrice adjointe du CERMES 3, unité mixte de recherche Inserm 988/CNRS 8211/ EHSS (2010–2013), dirigée par Jean-Paul Gaudillière, qui lui a succédé.

Instances scientifiques et de gestion de la recherche

  • Membre de la commission nationale des comptes de la santé (1984–1989).
  • Membre de la commission scientifique spécialisée (CSS) de l’Inserm « Santé publique, épidémiologie et sciences sociales » (1995–1998), de la CSS « Santé publique, environnement, systèmes de soins – Epidémiologie, biostatistiques médicales, sciences humaines et sociales, systèmes de santé », membre du conseil scientifique de l’Inserm (1999–2002).
  • Membre du Comité d’orientation et de réflexion stratégiques de l’Inserm (CORES) auprès du directeur général de l’Inserm pour les sciences sociales (2001–2007). 
  • Membre de la commission scientifique « Sciences sociales » de l’Agence nationale de recherches sur le sida – Anrs (1995–2000).
  • Membre du conseil scientifique de l’École nationale de santé publique, Rennes (1997–2007).
  • Membre du conseil d’administration de la Fondation MGEN pour la santé publique (2000 – 2006), du comité d’évaluation des politiques publiques de lutte contre le sida (2001–2002). Membre du conseil d’orientation et de réflexion stratégique (CORES) auprès du directeur général de l’Inserm, en tant que conseiller pour les sciences sociales et la santé publique (2001–2007).
  • Membre du conseil scientifique de l’Observatoire des sciences et des techniques – OST (2001–2005), du comité de pilotage du groupement d’intérêt scientifique (GIS) « Risques collectifs et situations de crise » (2002–2006).
  • Membre du conseil scientifique du GIS « Maladies rares » (2002–2006).
  • Membre de l’Institut de la longévité (2002–2007), du comité de l’ANR « Vieillissement » (2007).
  • Responsable du programme interdisciplinaire, inter-organisme CNRS/Inserm/MIRE/DRESS « Sciences biomédicales, santé et société » (2002–2007).
  • Chargée de mission à la mission scientifique, technique et pédagogique du ministère de la Recherche, direction scientifique sciences de la vie et de la santé (2003 ‑2007).
  • Membre de la section « Economie et gestion » et de l’intercommission 42 « Santé-Société » du CNRS (2004–2008).
  • Membre fondateur de l’Observatoire franco-québécois de la santé et de la solidarité.
  • Membre du conseil scientifique de l’Observatoire de la santé des vétérans (ministère des Armées).
  • Membre du groupe d’experts économistes de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS).
  • Membre du conseil scientifique de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES)/Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), du conseil scientifique de l’Union nationale des amis et familles de malades psychiques (UNAFAM), du conseil scientifique de l’œuvre Falret, du conseil scientifique de l’Institut de recherche en santé publique (Iresp).
  • Déléguée à l’intégrité scientifique auprès du directeur général de l’Inserm (1999–2008).
  • Membre du groupe « Recherche et maladies rares » du comité de suivi du plan maladies rares, depuis 2006.
  • Présidente du Groupe de réflexion avec les associations de malades (GRAM), auprès du président-directeur général de l’Inserm, depuis 2008.
  • Membre du comité Histoire de l’Inserm depuis 2017

Distinctions – Prix

  • Prix de l’Académie des sciences morales et politiques (1983).
  • Prix Opecst-Inserm 2016, pour son travail au service du dialogue entre les malades, leurs proches et les chercheurs (2016).
  • Chevalier dans l’Ordre national du mérite.
  • Chevalier de la Légion d’honneur

Comités éditoriaux

  • Participation à la création de la revue Sciences sociales et santé en 1982, membre du comité de rédaction. 
  • Advisory Editor de Social Science and Medicine, Aberdeen (1992–1999).