Joseph Emmerich

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Publié le 26 avril 2019 

Le professeur Joseph Emmerich est cardiologue et médecin vasculaire. Ses activités cliniques concernent la prise en charge des maladies vasculaires, et celles de recherche portent sur la génétique et l’épidémiologie de la thrombose.

Joseph Emmerich a travaillé à l’hôpital Broussais, à l’hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), à l’Hôtel-Dieu de Paris, puis dans le service de médecine vasculaire de l’hôpital Saint-Joseph. En tant que clinicien, il est spécialisé dans la prise en charge de l’ensemble des pathologies vasculaires, notamment : de la maladie thrombo-embolique veineuse, de l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs, de maladies rares comme la maladie de Buerger, la maladie de Takayasu, le syndrome d’Ehlers-Danlos vasculaire, etc. Une partie de ses travaux de recherche clinique est également dédiée à la thérapie cellulaire de l’ischémie critique des membres inférieurs (artériopathie sévère). Avec un réseau français, il a ainsi participé à l’élaboration d’une étude randomisée qui en a démontré un bénéfice sur la cicatrisation. 

Génétique et épidémiologie de la thrombose

Les premiers travaux de recherche de Joseph Emmerich ont porté sur l’athérosclérose, ainsi que sur le métabolisme des lipides et des statines. Il travaillait alors au sein de l’unité de recherche Inserm 32 « Dyslipidémies et athérosclérose », dirigée par Bernard Jacotot à l’hôpital Henri-Mondor, puis dans le laboratoire « Molecular Disease Branch » dirigé par H Bryan Brewerau sein des National Institutes of Health américains. Il s’est ensuite consacré à la thrombose et à l’épidémiologie du risque thrombotique, ainsi qu’à la biologie moléculaire de la thrombophilie, auprès de Martine Aiach à l’hôpital Broussais, puis dans l’unité 428, que celle-ci dirigeait à la faculté de pharmacie à Paris. 

Son approche initiale reposait sur l’observation des relations structure-fonction des inhibiteurs de la coagulation – notamment des serpines. Il a ensuite conduit deux études épidémiologiques – Pathros et Farive –, qui ont révélé de nouveaux facteurs de risque et permis de mieux comprendre le rôle de facteurs génétiques dans la maladie thrombo-embolique veineuse et artérielle. Ces études épidémiologiques ont été réalisées en association avec les collaborateurs de l’unité Inserm 765 et avec Frits Rosendaal (université de Leiden, Pays-Bas), Ted Bovill (université du Vermont, États-Unis), Pierre Morange (unité Inserm 1062) et David Trégouët (unité Inserm 1166); au sein de deux réseaux de la Fondation Leducq à partir de 2004 : Leducq International Network Against Thrombosis (LINAT) et Leducq Transatlantic Network of Excellence on Atherothrombosis Research (LENA).

À côté de ses activités cliniques et de recherche, Joseph Emmerich s’est tourné depuis 2012 vers la santé publique. D’abord à la tête d’une direction de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), puis comme membre du comité des médicaments à usage humain au sein de l’Agence européenne du médicament (EMA). Depuis 2018, il poursuit ses activités de recherche clinique au sein du service de médecine vasculaire de l’hôpital Saint-Joseph et de l’unité Inserm 1153 d’épidémiologie et statistique, dirigée par Philippe Ravaud, à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu.

Biographie

Joseph Emmerich est né le 22 septembre 1960 à Paris. Il a mené ses études secondaires à l’école Yabné à Paris, puis ses études supérieures dans les universités Paris V, Paris VI et Paris VII. 

  • Interne des hôpitaux de Paris (1985–1990)
  • DEA de physiologie et physiopathologie de la nutrition humaine, université Paris VII (1987)
  • Diplôme d’études spécialisées de pathologie cardiovasculaire (1989)
  • Diplôme d’État de docteur en médecine (médaille d’argent, 1990) 
  • Visiting Scientist des National Institutes of Health (NIH) au sein du laboratoire « Molecular Disease Branch », dirigé par H Bryan Brewer, National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI) États-Unis (1990–1991)
  • Chef de clinique – Assistant, université Paris VI (1991–1995)
  • Responsable de l’équipe de recherche « Mécanisme et pharmacologie des hyperlipidémies, hyper et hypolipidémies familiales », au sein de l’unité Inserm 32 « Dyslipidémies et athérosclérose », dirigée par Bernard Jacotot, hôpital Henri-Mondor, Créteil (1992–1994) 
  • Doctorat de troisième cycle de l’université Paris VII « Hémostase-coagulation : biologie cellulaire et moléculaire du vaisseau », mention très honorable avec les félicitations du jury (1995)
  • Habilitation à diriger des recherches, université Paris V (1995)
  • Praticien hospitalier (1995–1997)
  • Professeur des universités – Praticien hospitalier, université Paris V (depuis 1997).
  • Responsable de l’équipe « Facteurs génétiques du risque thrombotique » au sein de l’unité Inserm 428 « Risque thrombotique et mécanisme de l’hémostase », dirigée par Martine Aiach, faculté de pharmacie, Paris (2000–2006)
  • Research Professor, Department of Pathology, chez Ted Bovill, University of Vermont College of Medicine, États-Unis (2002–2010) ,
  • Directeur de l’unité Inserm 765 « Thrombose : épidémiologie, physiopathologie et thérapeutiques innovantes », faculté de pharmacie, Paris (2006–2012)
  • Chef de service de médecine vasculaire du pôle cardiovasculaire, hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), Paris (2010–2012)
  • Responsable de l’unité de formation de médecine vasculaire-cardiologie, centre de diagnostic de l’Hôtel-Dieu, université Paris V (2015–2018)
  • Médecin adjoint du service de médecine vasculaire, hôpital Saint-Joseph, depuis 2018 

Instances scientifiques et de gestion de la recherche

  • Membre du comité consultatif médical de l’hôpital Broussais (1997–2001), du comité consultatif médical de l’HEGP, Paris (2001–2007), du conseil scientifique de l’université Paris V (2005–2012), du bureau du conseil scientifique de l’université Paris V (2007–2012), de la commission médicale d’établissement locale de l’HEGP (2011–2012)
  • Directeur en charge des médicaments en cardiologie, endocrinologie, gynécologie, et urologie, au sein de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), Saint-Denis (2012–2015)
  • Membre du Cardiovascular Working Group de l’Agence européenne du médicament (EMA), Londres (depuis 2013). 
  • Représentant suppléant de la France au Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’EMA, à Londres (depuis 2013) 
  • Conseiller technique à l’ANSM, direction scientifique de la stratégie européenne (depuis 2015)

Sociétés savantes – Académies

  • Membre de l’International Society on Thrombosis and Haemostasis, de l’European Society of Cardiology (ESC)
  • Membre de la Société française de cardiologie, de la Société française de médecine vasculaire, du Groupe d’études sur l’hémostase et la thrombose, du bureau du groupe « Peripheral Arterial Disease » de l’ESC (2010–2012), du Collège français de pathologie vasculaire 

Prix – Distinctions

  • Lauréat du prix Coups d’élan pour la recherche française de la Fondation Bettencourt-Schueller (2006)
  • Médaille Van Creveld de la Société néerlandaise de thrombose et d’hémostase (2010)