Jean-Pierre Cartron

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Les travaux de Jean-Pierre Cartron et de son équipe ont concerné essentiellement la biochimie et la biologie moléculaire des antigènes des groupes sanguins humains, ainsi que leurs fonctions biologiques. 

De 1968 à 1984, Jean-Pierre Cartron montre, au sein de l’unité de recherche Inserm dirigée par Charles Salmon, l’existence de modifications des antigènes ABO chez les patients atteints de leucémie aiguë, premier exemple d’une modification acquise des groupes sanguins chez l’homme, suggérant l’existence d’un dysfonctionnement génétique de la cellule cancéreuse. 

Par la suite, il se consacre à l’étude des mécanismes de biosynthèse des antigènes glucidiques, puis à la caractérisation structurale des glycoprotéines érythrocytaires (des globules rouges) et à leur rôle de ligands vis-à-vis de certaines protéines et de parasites (Plasmodium falciparum). Parallèlement, il mène des études sur l’analyse moléculaire de désordres acquis des globules rouges impliqués dans des phénomènes pouvant entraîner des difficultés de groupage sanguin. Dans le syndrome Tn de poly-agglutination, en particulier, il identifie une mutation somatique dans les cellules souches hématopoïétiques.

La seconde période de ses travaux, débute au sein de l’unité 76 de l’Inserm, dont il assurera la direction de 1985 à 2004. Elle a pour objectif de développer un programme de recherches visant à comprendre la structure, les propriétés et les fonctions biologiques des molécules portant des antigènes de groupes sanguins présents à la surface des globules rouges et dans divers tissus. Des contributions majeures de biochimie et de génétique moléculaire dans de nombreux systèmes importants (MNS, GE, RH, LW, KEL, FY, JK, LU, GIL) en immuno-hématologie et en médecine transfusionnelle vont permettre de déterminer la structure des gènes et des protéines, d’analyser les bases génétiques de leur polymorphisme et d’élucider les principaux mécanismes moléculaires impliqués dans certains désordres héréditaires de la membrane érythrocytaire. Ces études ont montré que les groupes sanguins résident sur des molécules de la surface cellulaire caractérisées par une très large diversité structurale et sont capables d’assurer des fonctions de transport, de récepteur, d’adhérence et d’activité enzymatique. Le rôle critique de certains d’entre eux a ensuite été étudié en pathologie (paludisme, drépanocytose). 

De l’ensemble de ces travaux, l’un des plus approfondis concerne le groupe sanguin Rhésus (Rh). Jean-Pierre Cartron et ses collaborateurs y ont apporté des contributions essentielles, conduisant au premier test de diagnostic prénatal de génotypage RHD fœtal pour la prévention de l’allo-immunisation fœto-maternelle. De plus, la découverte de la fonction de transport de gaz (ammoniac, gaz carbonique) des protéines du complexe Rh a ouvert de nouvelles perspectives en physiologie de divers organes, où il existe des protéines homologues. De même, l’invalidation des gènes Rh chez la souris, permet de disposer d’un modèle animal utilisable pour l’étude physiopathologique du syndrome de déficience Rh et l’étude des mécanismes de l’allo-immunisation Rh et de l’immunosuppression fœto-maternelle, dans le cadre de la prévention de la maladie hémolytique du nouveau-né. 

Biographie

Jean-Pierre Cartron est né le 18 septembre 1943 à Paris. Il a mené ses études supérieures à Lyon et à Paris. 

  • Diplôme d’ingénieur en biochimie de l’Institut national des sciences appliquées de Lyon (1966).
  • Diplôme de l’Institut national des sciences et techniques nucléaires, Saclay (1968).
  • Attaché de recherche à l’Inserm, il intègre l’unité Inserm 76 “Groupes sanguins et immuno-hématologie”, dirigée par Charles Salmon au Centre national de transfusion sanguine, Paris (1968).
  • Doctorat de 3e cycle en biophysique, université Paris XI, Orsay (1969).
  • Stage post-doctoral dans le service d’hématologie de PL Mollison, sous la direction de Nevin Hughes-Jones, au Medical Research Council, Experimental Haematology Unit, St Mary’s Hospital Medical School, Londres (1969).
  • Thèse de doctorat ès sciences “Analyse quantitative, thermodynamique et enzymatique de quelques variants (A1, A2, A3, Ax, Aend, Am, Ay et Ael) du groupe sanguin A humain”, université Paris VII (1975).
  • Chargé de recherche (1975), maître de recherche (1982), directeur de recherche de 2e classe (1984), puis de 1e classe (1989), directeur de classe exceptionnelle à l’Inserm (2002).
  • Directeur de l’unité de recherche Inserm 76 “Glycoconjugués des cellules sanguines’ (1985–1997), puis “Biologie des antigènes de groupes sanguins humains”, Centre national de transfusion sanguine (CNTS), Paris (1998–2004). Yves Colin succède à Jean-Pierre Cartron à la direction de l’unité devenue 665 “Protéines de la membrane érythrocytaire et des homologues non érythroïdes”, à l’Institut national de transfusion sanguine à Paris. 
  • Directeur scientifique depuis 1994 du CNTS, devenu Institut national de la transfusion sanguine (INTSnts) en 2000. 
  • Responsable de l’équipe de recherche “Biologie et implications physiopathologiques des antigènes érythrocytaires”, au sein de l’unité 665 d’Yves Colon à l’Ints, Paris (2005–2008).

Instances scientifiques

  • Membre de la commission scientifique spécialisée (CSS) de l’Inserm “Système immunitaire : physiologie, physiopathologie, pharmacologie, recherche clinique” (1983–1986).
  • Membre de la CSS de l’Inserm “Physiologie cellulaire : systèmes cardiovasculaire et respiratoire, hématologie et hémostase” (1991–1994).
  • Membre du conseil de l’UFR de médecine de l’hôpital Saint-Antoine (1989–1992).
  • Membre du comité scientifique et médical de Hema-Québec, Canada, depuis 2002.
  • Membre du comité scientifique de l’Association recherche et transfusion depuis 2008. 

Société Savantes

  • Membre de la Société française d’hématologie. 
  • Membre de la Société internationale de transfusion sanguine. 
  • Membre du conseil d’administration de la Société française de transfusion sanguine depuis 2008. 

Distinctions – Prix

  • Prix Jean Julliard de la Société internationale de transfusion sanguine (1978).
  • Scientific Lecturer Award de l’Association américaine des banques de sang (1991).
  • Alexander Wiener Lecture Award du New York Blood Center (1992).
  • Claus Högman Lecture Award de la Société suédoise de médecine transfusionnelle (1993).
  • Emily Cooley Award de l’Association américaine des banques de sang (1997).
  • Karl Landsteiner Lecture Award de la Société allemande de transfusion sanguine (2001).
  • Prix présidentiel de la Société Internationale de transfusion sanguine (2004).
  • Prix de l’Association recherche et transfusion (2006).
  • Chevalier de la Légion d’honneur (2007).