Jean-Claude Ameisen

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Publié le 4 octobre 2018 

Jean-Claude Ameisen est un spécialiste reconnu de la mort cellulaire programmée ou apoptose.

Au début des années 1980, interne en médecine au CHU de Lille, il s’oriente vers la recherche en immunologie au sein de l’unité Inserm 167 “Immunologie des maladies transmissibles et allergiques”, dirigée par André Capron, où il développe des recherches sur le rôle des plaquettes dans les maladies allergiques. 

Après un post-doctorat dans le département d’immunologie de l’université Yale, où il réalise des recherches sur le rôle des lymphocytes T dans les réactions immuno-allergiques, il revient en 1987 au CHU de Lille et dans l’unité Inserm d’André Capron qui le nomme responsable d’une équipe dont les travaux portent sur l’immunologie et la pathogenèse du sida. 

A partir de 1990, les travaux de recherche que Jean-Claude Ameisen a initiés et animés ont été fondés sur deux de ses hypothèses concernant l’autodestruction cellulaire (mort cellulaire programmée ou apoptose). D’une part, l’idée qu’un dérèglement des mécanismes d’autodestruction cellulaire pourrait jouer un rôle dans la pathogenèse de nombreuses maladies caractérisées par des phénomènes importants de mort cellulaire, dont le sida et les maladies neurodégénératives. D’autre part, l’idée que l’origine de l’autodestruction cellulaire pourrait avoir été très ancienne au cours de l’évolution du vivant, remonter aux organismes unicellulaires et que, si tel est le cas, les gènes impliqués dans le contrôle de la mort cellulaire le seraient également dans des fonctions vitales. 

Devenu directeur de l’unité Inserm « Pathogenèse du sida et des infections à tropismes immunitaire et nerveux » à l’Institut Pasteur de Lille en 1994, Jean-Claude Ameisen, avec ses collaborateurs, va notamment s’illustrer par ses recherches sur le rôle de l’apoptose dans la pathogenèse du sida, et par la première identification de phénomènes de mort cellulaire programmée dans un parasite unicellulaire, Trypanosoma cruzi, suggérant à la fois une origine très ancienne de l’apoptose au cours de l’évolution et un rôle de l’apoptose des parasites dans les relations hôtes/parasites. En 1996, il devient directeur d’un contrat jeune formation puis de l’équipe mixte Inserm “Mort cellulaire programmée, pathogenèse du sida et interactions hôtes/agents infectieux”, à l’hôpital Bichat, où il poursuit ses recherches sur le rôle de l’apoptose dans la pathogenèse des maladies et sur les origines et l’évolution de la mort cellulaire programmée dans les organismes unicellulaires. 

Profondément humaniste, Jean-Claude Ameisen est engagé dans la réflexion éthique. Après avoir été président du comité d’éthique de l’Inserm (ERMES), il a été le président du comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) de 2012 à 2017. Attaché au développement desrelations entre science, culture et société, il a été membre du conseil scientifique du Collège international de philosophie et de la Cité des sciences. Il est l’auteur de nombreux essais sur la science, ainsi que de l’émission de France Inter « Sur les épaules de Darwin », qui réunit chaque semaine un million cinq cent mille auditeurs 

Biographie

Jean-Claude Ameisen est né le 22 décembre 1951 à New-York (Etats-Unis). Il a mené ses études secondaires au lycée Louis-le-Grand et à l’Ecole alsacienne à Paris et ses études supérieures à la faculté de médecine Paris-Cochin. 

  • Ancien interne en médecine du centre hospitalier universitaire (CHU) de Lille (1981–1985).
  • Certificat d’études supérieures d’immunologie (1984).
  • Docteur en médecine de la faculté de médecine de Lille, dont la thèse s’intitule “Mécanisme nouveaux d’activation plaquettaire : conséquences immuno-pathologiques” (1985).
  • Post-doctorant, puis chercheur associé dans la section d’immunologie clinique à la Yale University School of medicine, New Haven, Etats-Unis (1986–1987).
  • Maître de conférences des universités/praticien hospitalier en immunologie, université de Lille 2 et 
  • CHU de Lille (1989–1996).
  • Responsable de l’équipe “Pathogenèse du sida” au sein de l’unité Inserm 167 “Immunologie des maladies transmissibles et allergiques”, dirigée par André Capron (1990–1994).
  • Directeur de l’unité Inserm 415 “Pathogénie du sida et des infections à tropismes immunitaire et nerveux” à l’Institut Pasteur de Lille (1994–1996).
  • Visiting Associate Professor au La Jolla Institute for Allergy and Immunology, Californie (1996).
  • Habilitation à diriger les recherches (1997).
  • Maître de conférences des universités/praticien hospitalier en immunologie, université Paris VII, CHU Bichat (1997).
  • Directeur du contrat jeune formation de l’Inserm (1997–1998), puis de l’équipe mixte Inserm “Mort cellulaire programmée, pathogenèse du sida et interactions hôtes/agents infectieux”, à l’hôpital Bichat, Paris (1999–2004).
  • Professeur d’immunologie, université Paris-Diderot depuis 1998. 
  • Doctorat d’Etat de biologie humaine de l’université Paris-Diderot ; sujet La mort cellulaire programmée et la pathogenèse du sida : modèle théorique et approche expérimentale” (1998).
  • Responsable de l’équipe Mort cellulaire programmée, pathogenèse du sida, et interactions 
  • hôtes/agents infectieux” au sein de l’unité Inserm 552 “Recherche antivirale”, dirigée par Françoise Clavel, université Paris-Diderot/CHU Bichat (2005–2008). Responsable de l’équipe « Modèles expérimentaux de la maladie du greffon contre l’hôte et de la réaction greffon contre tumeur « , dans l’unité Inserm 728 GVH et GVL : physiopathologie chez l’homme et chez l’animal, incidence et rôle thérapeutique”, dirigée par Anne Janin, université Paris Diderot/hôpital Saint-Louis (2008–2010).
  • Directeur du centre d’études du vivant, Institut des humanités de Paris, université Paris-Diderot, depuis 2011. 

Instances scientifiques et de gestion de la recherche 

  • Membre de la commission scientifique spécialisée “Immunologie” de l’Anrs (1990–1992).
  • Membre du comité fondateur et du comité exécutif du European Working Group on Apoptosis, European School of Haematology (1994).
  • Membre du conseil scientifique de “Ensemble contre le sida” (1994–1996).
  • Membre de la commission scientifique spécialisée de l’Inserm “Maladies transmissibles : recherche biologiques et physiopathologiques, recherche clinique, thérapeutique et préventive, innovation technologique” (1995–1998).
  • Membre du conseil national des universités, médecine-odontologie, immunologie (1995–1998).
  • Expert du comité de l’action concertée coordonnée “Physiopathologie des encéphalopathies subaiguës spongiformes transmissibles” (1997–2000).
  • Membre de l’action coordonnée de l’Anrs “Homéostasie lymphocytaire” (1998–2005).
  • Membre correspondant de la commission scientifique “Microbiologie générale et médicale, immunologie” du Fonds national de la recherche scientifique de Belgique (1998–2007).
  • Membre de la commission nationale “Biologie cellulaire et apoptose”, puis de la commission nationale “Biologie cellulaire, apoptose, invasion tumorale” de l’ARC (2003–2008).
  • Président du comité d’éthique ERMES de l’Inserm (2003–2012).
  • Membre de la commission française pour l’Unesco (2005–2009).
  • Membre du Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé – CCNE (2005–2012).
  • Membre du conseil d’orientation de l’Agence de la biomédecine (2007–2011).
  • Vice-président du bureau de COMETH (European Conference of National Ethics Committees) du conseil de l’Europe (2007–2009).
  • Membre du groupe de travail du conseil d’État sur la révision des lois de la bioéthique (2008–2009).
  • Président du Comité éthique et scientifique de la Fondation internationale de la recherche appliquée sur le handicap (2009–2014).
  • Président de la conférence française pour la biodiversité (2010).
  • Président du comité de révision de la stratégie nationale pour la biodiversité (2010–2011).
  • Président du comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé (CCNE) (2012-2017).
  • Membre de l’Editorial Board, Receiving Editor, de la revue Cell Death and Differentiation (1996–1999, 2003–2005).
  • Membre du comité éditorial de la revue Médecine/sciences (2002–2009).

Distinctions – Prix

  • Prix Léon-Baratz de l’Académie nationale de médecine (1992).
  • Prix Inserm/Académie des sciences (1993).
  • Prix du Fonds BNP/Fondation pour la recherche médicale (1997).
  • Prix Biguet de l’Académie française pour l’ouvrage La Sculpture du vivant (2000).
  • Prix Jean-Rostand du Mouvement universel de la responsabilité scientifique (MURS) et de l’Association des écrivains scientifiques de France pour l’ouvrage La Sculpture du vivant (2000).
  • Prix de la Fondation Renée et Léonce-Bernheim pour les arts, les sciences et les lettres sous l’égide de la Fondation du judaïsme français (2009 ).
  • Prix 2013 de la meilleure émission de radio du Grand prix des médias de CB News pour son émission “Sur les épaules de Darwin” de France Inter.