Cécile Denis

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Les travaux de Cécile Denis concernent les mécanismes de l’hémostase, l’ensemble des réactions concourant à l’arrêt du saignement et à l’intégrité vasculaire. 

Dès le début de sa carrière, à la fin des années 1980, l’intérêt de Cécile Denis s’est porté sur l’étude des maladies hémorragiques et des maladies cardiovasculaires. Au cours de son séjour postdoctoral dans le laboratoire de Denisa Wagner à la Harvard Medical School aux Etats-Unis, elle a développé un modèle de souris invalidé pour le gène du facteur de Von Willebrand, une des protéines nécessaire pour interrompre les saignements. Ce modèle de souris souffre de troubles de saignements, très semblables à la maladie de Willebrand chez l’homme, la maladie hémorragique constitutionnelle la plus fréquente dans le monde et qui touche 1% de la population. Ce modèle unique et original a contribué de façon importante à la compréhension des mécanismes conduisant à cette maladie, ce qui s’est traduit par un nombre important de publications scientifiques, non seulement de la part de Cécile Denis, mais aussi d’autres laboratoires à qui le modèle a été confié pour leurs propres travaux. 

Bien au-delà de la maladie de Willebrand, le modèle murin développé par Cécile Denis s’est également révélé pertinent pour la compréhension d’autres maladies, telles que les thromboses veineuses et artérielles, les accidents vasculaires cérébraux et la drépanocytose, pour ne citer que les plus connues. Les résultats souvent surprenants obtenus avec ce modèle murin, ont relancé l’intérêt pour la recherche sur le facteur Willebrand, dont l’aspect multifonctionnel était ignoré jusqu’alors. De plus, le modèle de thrombose provoqué par une blessure vasculaire au chlorure de fer a été développé à l’origine par Cécile Denis pour étudier les souris déficientes en facteur Willebrand et représente désormais le modèle de thrombose chez les souris le plus utilisé dans les laboratoires. Plusieurs grandes firmes pharmaceutiques ont également choisi ce modèle murin comme outil indispensable pour le développement de nouveaux traitements contre la maladie de Willebrand, dont la thérapie génique. 

Cécile Denis est actuellement directrice de l’unité Inserm 1176 « Hémostase, inflammation, thrombose » à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre. Ce laboratoire poursuit l’étude des mécanismes fondamentaux gouvernant les échanges dynamiques entre le système hémostatique et les cellules du compartiment vasculaire. Les travaux entrepris concernent notamment les mécanismes moléculaires impliquant le facteur de Von Willebrand dans des pathologies hémorragiques et thrombotiques. Les thématiques de recherche ont été élargies à des axes plus transversaux, tels que les relations existant entre l’hémostase et le cancer. 

Biographie

Cécile Denis est née le 28 octobre 1964 à Rennes. Elle a mené ses études secondaires à Lannion et ses études supérieures à Rennes, puis à Paris. 

  • Préparation de thèse dans l’unité Inserm 143 « Hémostase et thrombose » dirigée par Dominique Meyer, hôpital du Kremlin Bicêtre (1988–1993).
  • Doctorat de l’université Paris VII, spécialité « Biologie des cellules sanguines », dont la thèse s’intitule « Etude des interactions du facteur Willebrand avec la paroi vasculaire » (1993).
  • Chercheure post-doctorante chez Denisa Wagner, Center for Blood Research, Harvard Medical School, Boston, Etats-Unis (1993–2000).
  • Chercheure dans l’unité Inserm 143 « Hémostase et biologie vasculaire », hôpital du Kremlin-Bicêtre (2000–2001).
  • Chargée de recherche de première classe (2001), directrice de recherche de deuxième classe (2009) à l’Inserm.
  • Chercheure dans l’unité Inserm 143 « Hémostase et biologie vasculaire » hôpital du Kremlin Bicêtre 2001–2006.
  • Habilitation à diriger des recherches, université Paris VII, spécialité hématologie (2006).
  • Responsable de l’équipe « Hémostase, tumorigenèse et angiogenèse » au sein de l’unité Inserm 770 « Hémostase et dynamique cellulaire vasculaire », dirigée par Jean-Marie Freyssinet, hôpital du Kremlin-Bicêtre (2006–2010).
  • Directrice de l’unité Inserm 770 « Hémostase et dynamique cellulaire vasculaire », succédant à Jean-Marie Freyssine, à l’hôpital du Kremlin-Bicêtre (2011–2014, puis de l’unité 1176 « Hémostase, inflammation, thrombose » depuis 2015 sur le même site. 

Instances scientifiques et de gestion de la recherche

  • Membre de la commission scientifique spécialisée « Physiologie et physiopathologie des systèmes cardiaque, vasculaire, pulmonaire, néphrologique et musculaire » à l’Inserm (2012–2016).
  • Membre du comité d’évaluation du programme blanc de l’agence nationale de la recherche – ANR (2012–2013).
  • Membre de comités de visites de l’agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement scientifique – AERES, pour l’évaluation d’unités de recherche (2010, 2013).
  • Membre d’un des comités d’éthique en expérimentation animale.
  • Activités d’expertise pour des dossiers de demandes de financement du Fonds Wetenschappelijk Onderzoek (FWO) en Belgique, du National Health Laboratory Service (NHLS) Research Trust en Afrique du Sud, du Comité français d’évaluation de la coopération universitaire et scientifique avec le Brésil.

Sociétés savantes – Académies

  • Co-chairman du sous-comité de standardisation « Animal models » de l’International Society for Thrombosis and Hemostasis 
  • Membre du bureau du Groupe d’études sur l’hémostase et la thrombose
  • Membre du conseil scientifique de l’Association française des hémophiles
  • Membre de l’International Society for Thrombosis and Hemostasis
  • Membre de la Société française d’hématologie

Prix – distinctions 

  • Lauréate du prix du jeune chercheur du Groupe d’étude sur l’hémostase et la thrombose (1993).
  • Lauréate du programme Avenir de l’Inserm pour les jeunes chercheurs (2001).
  • Lauréate du prix Bréant, Maujean et Albert 1er de Monaco de l’Académie des sciences – Institut de France (2007).
  • Chevalier de la Légion d’honneur (2012).