Bernard Malissen

Remarque : ces contenus ont été récupérés automatiquement depuis l’ancien site « Histoire de l’Inserm » (http://histoire.inserm.fr) et n’ont pas été modifiés depuis.

Immunologiste, Bernard Malissen a largement contribué par ses travaux à la caractérisation des molécules et des mécanismes impliqués dans la reconnaissance des antigènes par les lymphocytes T. Il est notamment un spécialiste du récepteur des lymphocytes T (TCR), qui joue un rôle majeur dans le système immunitaire, permettant aux lymphocytes T de reconnaître de manière spécifique les antigènes d’origine virale, microbienne ou parasitaire. 

Les antigènes sont reconnus à la surface des lymphocytes T par le TCR, un complexe membranaire multimoléculaire, ce qui entraîne une cascade spécifique d’événements moléculaires dans la cellule, conduisant à la prolifération, à la différenciation ou à la mort des lymphocytes. Avec son équipe, Bernard Malissen s’est doté de nombreux modèles de souris transgéniques, portant une déficience dans l’une ou l’autre de ces molécules, pour disséquer et évaluer leur importance dans les cascades de signalisation intracellulaires. Certaines mutations du réseau de signalisation entraînent le développement de leucémies, confirmant l’importance du système de transmission du TCR dans le fonctionnement des lymphocytes. Il a ainsi participé à la caractérisation des mécanismes permettant aux lymphocytes T de reconnaître de manière spécifique des antigènes étrangers. 

Avec ses collaborateurs, Bernard Malissen a déterminé la première structure tridimensionnelle du récepteur T en complexe avec un ligand (un antigène lié à une molécule du complexe majeur d’histocompatibilité), ce système formant la base de la reconnaissance des antigènes par les lymphocytes T. Ces travaux ont permis de montrer que le site de reconnaissance de l’antigène sur le récepteur des lymphocytes T subit des réarrangements structuraux pour s’adapter à la surface rigide que présente son ligand. Ces données permettent de rendre compte de la souplesse de ce site de reconnaissance antigénique, une propriété grace à laquelle il augmente de manière considérable le répertoire de reconnaissance antigénique des lymphocytes T présents à un moment donné au sein d’un individu. 

L’équipe de Bernard Malissen s’intéresse également aux cellules dendritiques, les sentinelles du système immunitaire. Des modèles permettant de procéder à l’ablation contrôlée de certains types d’entre elles (notamment les cellules de Langerhans, populations résidentes de l’épiderme), ont permis d’évaluer leur rôle régulateur dans le développement de réponses immunitaires. 

Bernard Malissen a mis en œuvre et dirige le Centre d’immunophénomique sur le parc scientifique et technologique de Marseille-Luminy, pour mieux étudier le système immunitaire. Ce nouveau type d’institut est consacré à l’analyse et au développement de modèles de souris pré-cliniques, dans le cadre de l’immunologie et de l’infectiologie.

Biographie

Bernard Malissen est né le 29 novembre1953 à Agen (Lot-et-Garonne). Il a mené ses études secondaires au lycée Montaigne à Bordeaux et ses études supérieures d’abord à la faculté des sciences de Bordeaux I, où il s’intéresse à la biologie et à la zoologie, puis à celle d’Aix-Marseille.

En 1976, durant son service militaire à l’Institut de médecine tropicale du Pharo, à Marseille, il suit le cours d’immunologie fondamentale de Michel Fougereau qui le passionne. 

En 1977, il rejoint le Centre d’immunologie de Marseille-Luminy (CIML), fondé par François Kourilsky l’année précédente, et y réalise sa thèse de doctorat ès sciences consacrée à la génétique du système HLA avec Claude Mawas. 

  • Chargé de recherche (1981), directeur de recherche (1989), puis directeur de recherche de classe exceptionnelle au CNRS.
  • Visiting Associate au California Institute of Technology (Caltech), à Pasadena – États-Unis, chez Leroy Hood qui a créé les outils de la révolution génique comme les séquenceurs d’ADN et les synthétiseurs d’oligonucléotides (1982–1984).
  • Responsable d’équipe (1984–1989), directeur adjoint (1994), puis directeur du Centre d’immunologie de Marseille-Luminy-CIML (1995–2005), unité mixte de recherche Inserm 631/ CNRS 6102/ université de la Méditerranée.
  • Directeur de l’équipe « Dissection génétique de la fonction des lymphocytes et des cellules dendritiques » au CIML à Marseille depuis 2006.
  • Fondateur et directeur du Centre d’immunophénomique à Marseille-Luminy, depuis 2012.

Sociétés savantes – Académies

  • Membre de l’Académie des sciences – Institut de France (2003).
  • Membre de la Société française d’immunologie (1999).
  • Membre de l’European Molecular Biology Organization (EMBO).
  • Membre honoraire de l’Association américaine des immunologistes. 

Distinctions – Prix

  • Prix de la Fondation Zellidja, 1972.
  • Médaille de bronze du CNRS, 1982.
  • Prix d’immunologie de la Fondation pour la recherche médicale, 1986.
  • Prix de la Fondation Bernard-Halpern, 1988.
  • Prix de la Ville de Paris de la Ligue nationale contre le cancer, 1992.
  • Prix d’immunologie Behring-Metchnikoff, 1994.
  • Médaille d’argent du CNRS, 1996.
  • Grand prix Inserm de la recherche médicale, 2005.