En matière de santé, femmes et hommes ne sont pas logés à la même enseigne. Pour faire le point sur cette problématique, l’Inserm vous propose de nombreuses ressources.

Il n’y a pas si longtemps, les barboteuses des bébés filles étaient systématiquement roses, celles des garçons, bleues. Eh bien en santé, ce stéréotype reste d’actualité. Par exemple, les maladies cardiovasculaires sont auréolées de bleu, l’ostéoporose est quasi 100 % rose ! Bilan : diagnostic, prise en charge, traitements sont conçus pour une moitié de l’humanité, sans tenir compte de l’autre. Or, femmes et hommes sont différents tant au niveau biologique que dans leurs représentations sociales et culturelles, leurs modes de vie ; ces deux aspects, respectivement "sexe" et "genre", interagissent en permanence. Rien de surprenant donc à ce que les maladies s’expriment différemment et qu’il faille tenir compte de cette variabilité pour soigner l’ensemble de la population. Une évidence qui peine pourtant à trouver un écho chez les chercheurs et les médecins.

Pour vous informer sur ce sujet, consultez nos ressources :

Dans les médias cette semaine

Genre et santé, attention aux clichés ! Durée de vie – animation pédagogique – 1 min 20 (2017)