Plus de 80% des unités de recherche de l’Inserm sont situées au sein des sites universitaires et hospitaliers. Les établissements d’enseignement supérieur représentent le premier partenaire de l’Inserm en termes de cotutelles.

La loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche du 22 juillet 2013 a introduit la notion de coordination territoriale de l'offre de formation et de la stratégie de recherche et de transfert. Cette coordination se fonde sur un projet partagé entre établissements d’enseignement supérieur et organismes de recherche. Elle favorise la pluridisciplinarité, avec des interfaces nouvelles ou renforcées entre les universités, les écoles (notamment d'ingénieurs), les entreprises, les collectivités territoriales et les organismes de recherche.

La participation de l'Inserm à cette coordination se traduit par la participation à différentes instances dans lesquelles il promeut la recherche en sciences de la vie et santé.

Télécharger

Les universités

La loi 2007-1199 du 10 août 2007, relative aux libertés et responsabilités des universités, renforce la capacité de chaque établissement à développer une politique scientifique et donc à afficher des priorités en matière de recherche. Dans ce contexte, l’Inserm se positionne, avec les organismes de recherche partenaires en sciences de la vie et de la santé, sur des priorités affichées par les acteurs locaux, après une évaluation stratégique et scientifique réalisée dans le cadre des grands domaines portés par les instituts thématiques. Ceci se traduit par :

  • le soutien au développement des activités d’unités mixtes de recherche, allant de l’unité mono-équipe au centre de recherche
  • le soutien au développement d’infrastructures de recherche en biologie/santé, du domaine technologique, en recherche clinique et en santé publique ; les priorités identifiées doivent répondre aux besoins de proximité définis au niveau local et être en adéquation avec les feuilles de route nationale et européenne pour les très grandes infrastructures
  • au titre du soutien, à l’autonomie des jeunes chercheurs dans une approche d’attractivité de l’excellence.

Les regroupements universitaires

La loi n° 2013-660 du 22 juillet 2013, relative à l’enseignement supérieur et à la recherche, introduit la création des Communautés d’universités et d’établissements (ComUE).

De par son implantation nationale, l'Inserm est amené à travailler avec la plupart ComUE. L’Inserm est :

  • membre de 3 ComUE parisiennes (Paris Sciences et Lettres, Université Paris-Saclay, Sorbonne Paris Cité)
  • partenaire ou membre associé des ComUE qui accueillent des unités Inserm
Logo ComUE Paris Sciences et Lettres
Logo ComUE Université Paris Saclay
Logo ComUE Sorbonne Paris Cité

Certains regroupements universitaires portent ou s'appuient sur un projet d’initiative d'excellence (Idex) ou d’initiative Science – Innovation – Territoires - Economie (Isite). L’Inserm est aujourd'hui impliqué dans la gouvernance et la stratégie scientifique de :

  • 10 Idex (Idex confirmés : Sorbonne Université, Strasbourg, Marseille et Bordeaux. Idex en phase probatoire : Paris Saclay, PSL, USPC, Lyon, Grenoble et Nice).
  • 6 I-site (Bourgogne Franche Comté, Lorraine, Lille, Montpellier, Clermont Auvergne et Nantes).

Les grandes écoles

L’Inserm a souhaité nouer des partenariats étroits avec 15 grandes écoles. Cette action est confirmée dans le plan stratégique de l’Inserm.

A ce titre, l’Institut a signé un accord-cadre avec CentraleSupélec en 2015. Le double objectif de cette nouvelle collaboration est de former des profils d’ingénieurs mieux intégrés dans les laboratoires de recherche et des biologistes plus impliqués dans l’innovation technologique. Les deux établissements souhaitant irriguer leurs actions communes par l’innovation et l’esprit d’entreprendre, la création d’entreprises sera également une dimension du programme mis en place.