La recherche en sciences de la vie et de la santé connaît une évolution rapide, marquée par l'accélération des progrès scientifiques et techniques et la globalisation des défis sociétaux liés à la santé. Combinée à l'émergence de nouvelles puissances scientifiques, en particulier en Asie et en Amérique du Sud, cette évolution impose des changements dans les politiques de recherche des pays industrialisés. C’est dans ce contexte que l'Inserm a élaboré sa nouvelle stratégie de coopération internationale.

En soutien de la politique globale et générale de l’Inserm, la stratégie de l'Inserm en matière de coopération européenne et internationale est destinée à lui permettre :

  • d’être partie prenante des avancées scientifiques et techniques mondiales, tout en répondant aux orientations nationales de recherche et de santé
  • de renforcer son attractivité et sa visibilité à l’international

Développer et/ou renforcer la coopération avec des pays cibles

Cette politique de coopération, européenne et internationale, s'inscrit dans le cadre de la Stratégie nationale de recherche (SNR), dont le volet international vise à établir un Plan d'orientation stratégique pour développer et/ou renforcer la coopération de la France avec des pays cibles.

Les objectifs de l’Inserm visent aujourd’hui à :

  • Consolider les relations avec les grandes puissances scientifiques et y acquérir une plus grande visibilité. Sont concernés les pays européens, les Etats-Unis où l'Inserm dispose d'une représentation permanente, le Canada (et notamment le Québec sur les thématiques vieillissement et maladies neurodégénératives) ainsi qu’Israël.
  • Renforcer la collaboration avec les nouvelles puissances scientifiques en émergence que sont la Chine (maladies infectieuses), l'Inde (maladies chroniques métaboliques) et le Brésil (neurosciences).
  • Assurer une politique incitative envers les pays développés d’Asie - Japon, Taiwan, Singapour et Corée du Sud - avec lesquels il convient de développer une stratégie partenariale à forte valeur ajoutée, notamment dans le domaine du vieillissement et de la thérapie cellulaire et régénérative.
  • Maintenir les liens avec l’Afrique, et notamment avec le Maghreb (dans le domaine de la génétique en particulier), dont sont issus plus de 50% des étudiants internationaux inscrits dans l’enseignement supérieur français.

Par ailleurs, l’Inserm est fortement impliqué dans les actions structurantes mises en œuvre dans les pays du Sud (Afrique Sub-Saharienne et d’Asie du Sud-Est), à travers le groupe Aviesan Sud dont il assure la coordination au sein de l'alliance Aviesan. Des actions coordonnées sont menées sur les maladies infectieuses, en lien étroit avec l'ANRS, et pourront par la suite s'étendre à d'autres pathologies.

Participer activement à la construction de l’espace européen de la recherche

Dans le cadre de sa stratégie de coopération européenne et internationale, l'Inserm considère l'ensemble des pays européens comme des pays prioritaires. L'Institut souhaite maintenir une participation active à la construction de l'Espace européen de la recherche (EER), en facilitant et en accompagnant ses équipes dans la coopération et la compétition européenne. Ainsi, la stratégie de l'Institut sur le plan européen se décline en trois grands axes :

Favoriser la coopération bilatérale ciblée

Pour cela, l’Inserm agit en :

  • renforçant les outils de coopération (LEA et groupes conjoints de recherche, GDRE et unités mixtes européennes)
  • privilégiant des accords ciblés, et en nombre limité, pour définir les actions d'intérêt commun
  • promouvant l'organisation de séminaires scientifiques afin de favoriser la rencontre des équipes européennes d'excellence avec celles de l'Inserm, pour réfléchir à la mise en place  des meilleurs outils de coopération et de consortia futurs pour les prochains appels européens

Favoriser la participation des équipes de l’Inserm aux programmes européens

Ces programmes, et en premier lieu le programme Horizon 2020, constituent une plus-value en termes scientifiques stratégiques et financiers. Pour y favoriser la participation de ces équipes, l’Institut :

  • leur assure une information de qualité sur les opportunités offertes par ces programmes : l’Institut  coordonne en effet, pour le compte d’Aviesan, le Point de contact national (PCN) "Santé, évolution démographique, bien-être"
  • les aides au design et au montage de projets/programmes de recherche ou développement à des fins de recherche de financements
  • met en place diverses mesures incitant les chercheurs à choisir l’Inserm comme institution hôte,
  • aide les candidats jeunes chercheurs et consolidateurs à préparer les auditions pour l’obtention de bourses du Conseil européen de la recherche (ERC)

Accroître les actions d'influence dans le cadre d'Aviesan et du CLORA

Le CLORA (Club des organismes de recherche associés) a été créé pour faciliter l’action des acteurs de la recherche publique française auprès des institutions de l’Union Européenne. L’Inserm est membre permanent du CLORA.

  • L’interface régulière entre la direction de l'Inserm et les instances de décision européennes doit être maintenue, tout comme l'organisation annuelle de rencontres scientifiques à Bruxelles en présence de membres de la Commission européenne et du Parlement européen.
  • L'implication dans des instances européennes stratégiques et la mise en place des actions d'influence pour la préparation de programmes de travail et des lignes d'appel doivent être renforcées.
  • Il en est de même concernant l’implication de l’Institut dans les projets d'envergure européenne (EIT Health, EDCTP …) et les initiatives européennes (JNPD, JPIAMR, HBM4EU, JAAMR,…).

Renforcer l'attractivité de l'Institut à l'étranger

Devenir une référence internationale de la recherche, c’est aussi renforcer l’attractivité de l’Inserm à l’étranger. Deux types d’initiatives sont conduits par l’Institut dans cette optique :

  • Encourager la mobilité internationale et européenne au sein des laboratoires, en améliorant l'offre de cours de langues étrangères, en optimisant la gestion interne des mobilités internationales (notamment via la création d'un guide dédié) et en incitant les dépôts de candidatures étrangères aux recrutements Inserm
  • Améliorer l'accueil des chercheurs étrangers, par le biais d'un soutien dans leurs démarches administratives (demandes de titres de séjour, ouverture de compte en banque, scolarisation des enfants…), en particulier en les orientant vers les structures adéquates ou en mettant à leur disposition des documents traduits en anglais, et d'un accès facilité au logement

Ces actions s’inscrivent dans la démarche HSR4R (Human Resources Strategy for Researchers incorporating the Charter and Code Principles) dans laquelle s’est engagé l'Inserm en 2016.