Pense-bête : C’est quoi les zoonoses ? 🦇🦠

Qu’on apprécie ou non leur compagnie, et bien au-delà des désagréments que votre chat vous inflige de manière récurrente (😼), les animaux peuvent nous causer de sérieux ennuis… Enfin pour être exact, ce sont plutôt leurs microbes qui posent problème ! Et a priori, ce n’est pas fini...

Les zoonoses sont des maladies infectieuses – liées à des virus, des bactéries, des parasites, des champignons ou des prions – que les animaux vertébrés peuvent nous transmettre. Certaines finissent même par devenir spécifiquement humaines. La dernière en date, on la connaît tous : c’est la Covid-19, causée par un coronavirus initialement porté selon toute vraisemblance par des chauves-souris. Mais le phénomène n’a rien de nouveau : nous sommes confrontés aux zoonoses depuis plusieurs milliers d’années, à partir du moment où nous avons intensifié nos interactions avec les autres animaux en les domestiquant. Seulement, quelque chose a récemment changé : la fréquence des épidémies liées à ces maladies s’emballe depuis 50 ans, et encore plus depuis une dizaine d’années avec des émergences successives d’Ebola, de Zika, de Chikungunya... et finalement l’apparition de la Covid-19. 

En cause, l’accentuation de diverses pressions que l’humain exerce sur l’environnement : la déforestation, qui augmente le risque de contact entre la faune sauvage, les animaux domestiques et les populations humaines ; l’intensification des élevages industriels, qui accroît le risque de propagation de pathogènes entre les animaux ; le commerce et le trafic d’animaux sauvages, qui augmente l’exposition humaine aux microbes qu’ils sont susceptibles de porter ; l’intensification et la mondialisation des échanges, qui facilitent la diffusion des agents infectieux... Le rôle des guerres, responsables de mouvement de populations et de la fragilisation des systèmes sanitaires locaux, ne doit pas non plus être négligé. 

Et sachant qu’on estime à environ 1,7 million le nombre de virus actuellement inconnus chez les mammifères et les oiseaux, dont 631 000 à 827 000 pourraient avoir la capacité d’infecter les humains, on n’est pas sorti de l’auberge ! Le risque d’émergence de nouvelles maladies dans les années à venir, notamment dans l’hémisphère Sud, est considéré comme élevé. Sans compter que des maladies aujourd’hui essentiellement cantonnées aux régions équatoriales pourraient frapper plus largement en s’implantant sous d’autres latitudes. 

La bonne nouvelle, c’est que la recherche contre les zoonoses s’accélère, avec plusieurs approches. De nombreuses équipes s’attellent à l’identification précoce des agents zoonotiques susceptibles de provoquer de nouvelles maladies chez l’humain, pour bloquer leur diffusion avant même qu’elle n’ait commencé, développer des outils diagnostiques et anticiper le développement de traitements et de vaccins. L’acquisition d’une meilleure compréhension des facteurs environnementaux et sociétaux qui favorisent l’émergence de ces maladies est également un enjeu important des recherches en cours. 

Pour en savoir plus sur les zoonoses, les défis à relever pour s’en prémunir et connaître les avancées importantes récemment réalisées, n’hésitez pas à lire le Grand angle du nouveau numéro du magazine de l’Inserm.