Une cible unique pour traiter les maladies auto-immunes

06 octobre 2014

La protéine CD31 présente à la surface des cellules immunitaires est fortement impliquée dans l’apparition des maladies auto-immunes à en croire une étude Inserm. Sa perte déclencherait la maladie et, à l’inverse, la remplacer constituerait un remède.

Informations complémentaires

Pour en savoir plus sur les maladies auto-immunes, consultez notre dossier d’information

La protéine CD31 présente à la surface des cellules immunitaires, serait-elle la clé contre les maladies auto-immunes ? Une question très légitime compte tenu des résultats accumulés par une équipe Inserm*. Les chercheurs ont décrit les mécanismes associant cette protéine et le déclenchement d’une réaction auto-immune. Ils travaillent désormais d’arrache-pied à une solution thérapeutique se fondant sur leurs résultats, avec déjà quatre brevets déposés et des laboratoires pharmaceutiques intéressés.

"Je travaille depuis dix ans sur la protéine CD31. Je l’utilisais, comme la plupart des chercheurs, en tant que marqueur des cellules endothéliales. Puis un jour, j’ai découvert de façon assez fortuite qu’elle était également présente sur toutes les cellules immunitaires dérivant des leucocytes, c’est à dire les lymphocytes T et B, mais également les monocytes, les cellules dendritiques... Au départ, nous pensions qu’il s’agissait d’un facteur d’inflammation permettant de stimuler ces cellules. Aujourd’hui nous sommes en mesure d’affirmer que c’est tout le contraire. Cette protéine est un anti-inflammatoire qui sert de repoussoir entre les cellules immunitaires. Quand elle est présente à leur surface, cela signifie « passe ton chemin, il n’y a rien à voir » et permet de laisser le système immunitaire au repos. Au contraire, quand une infection survient, un signal déclenche le clivage de cette protéine sur une partie de la membrane des lymphocytes. Ils entrent alors en contact et déclenchent les réactions nécessaires à l’élimination de l’agent infectieux", raconte le Dr Giuseppina Caligiuri, co-auteur des travaux.

Rosette : lymphocyte entouré d'hématies. Le lymphocyte T, visible ici au centre, porte des récepteurs qui fixent les hématies étrangères pour former des figures caractéristiques en rosettes. x4000. © Inserm/Dantchev, Dimitri

Rosette : lymphocyte entouré d'hématies. Le lymphocyte T, visible ici au centre, porte des récepteurs qui fixent les hématies étrangères pour former des figures caractéristiques en rosettes. x4000.

Perte progressive des protéines CD31

Mais avec les années et l’accumulation de réactions immunitaires au cours de la vie, certaines cellules immunitaires ne reconstituent plus leur stock de protéines CD31. Cela déclenche des interactions entre elles et des réactions inflammatoires qui font le lit des maladies auto-immunes. "Nous l’avons montré dans l’arthrite mais également dans la sclérose en plaques grâce à différentes expériences in vitro et in vivo chez l’animal. Nous avons également confirmé, à partir de sang humain, que les maladies auto-immunes sont associées à une perte de CD31 à la surface des cellules immunitaires. Cette perte est évaluée à près de 90 % en cas de polyarthrite rhumatoïde en phase active", illustre Giuseppina Caligiuri.

Reste donc à réparer ce défaut pour corriger ces maladies ! L’équipe n’a pas attendu la publication de ces données fondamentales et cliniques pour se mettre à l’ouvrage. "Nous avons développé un premier peptide dès 2008, puis une version améliorée, hydrophile et injectable en intraveineuse, en 2010", explique la chercheuse. Les premiers essais chez l’animal et sur des plasmas sanguins montrent que l’injection interrompt bien les réactions inflammatoires. Et cela de façon modérée : le peptide ne fait que rehausser le seuil d’activation du système immunitaire mais ne le bloque pas. "L’administration du peptide permet à un organisme de se défendre en cas d’infection ou de cancer. En revanche, il réduit nettement le bruit de fond pro-inflammatoire lié à la perte de CD31. Il devrait donc permettre de réduire nettement les manifestations auto-immunes en l’utilisant en association avec des plus faibles doses d’autres anti-inflammatoires", détaille-t-elle. Un bon point donc par rapport aux traitements actuels fortement immunosuppresseurs. En parallèle, son équipe travaille sur un biomarqueur de clivage de la protéine CD31. "En fonction de la longueur des fragments retrouvés dans le sang, nous pouvons identifier la provenance de la protéine : lymphocytes T, cellules endothéliales... Cette information permettra de mieux cibler le traitement associé, nécessaire pour les patients".

Une fois le médicament au point, il devrait d’abord être évalué dans des indications rares comme les vascularites, des maladies auto-immunes qui détruisent les reins et les poumons et pour lesquelles il y a peu de solutions thérapeutiques. S’il fait ses preuves, il sera alors temps de s’attaquer à des indications plus larges comme l’arthrite. Réponse d’ici 5 ans, minimum !

Note

*unité 1148 Inserm/ Université Paris Diderot, hôpital Bichat, Paris

Source

M. Clément et coll. Journal of Autoimmunity, édition en ligne du 30 septembre 2014

Retour à la liste des actualités "Recherche"
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes