Athérosclérose : un destin tout tracé...par les télomères

03 octobre 2017

Les télomères sont des séquences d’ADN qui protègent l’extrémité de nos chromosomes. Malheureusement, ils raccourcissent avec le temps. Pourrait-on prévenir cette usure et limiter ainsi le vieillissement cellulaire associé ? Rien n’est moins sûr : cette idée largement répandue vient en effet d’être battue en brèche par une étude récente, conduite dans le domaine de l’athérosclérose...

Depuis la découverte du rôle des télomères dans le maintien de l’intégrité du génome il y a une vingtaine d’années, la recherche dédiée à l’étude de ces régions particulières des chromosomes est dynamique. Néanmoins, les connaissances restent encore lacunaires. "On sait que l’usure des télomères peut finir par atteindre un seuil qui conduit la cellule à entrer en sénescence. Cet état instable favorise l’apparition de maladies dégénératives ou de cancers, explique Athanase Bénétos, chef du service de gériatrie au CHRU de Nancy, professeur des Universités et chercheur à l’Inserm*. On sait également que des télomères courts augmentent le risque de maladies liées au vieillissement, comme l’athérosclérose". 

Comprendre pourquoi reste l’une des questions centrales à résoudre. Et sur le sujet, deux hypothèses s’affrontent : "Le concept dominant est que des télomères courts sont liés à leur attrition, c’est-à-dire à leur cinétique d’usure au cours du temps. Si c’est le cas, on pourrait imaginer un moyen de la prévenir, pour en limiter les conséquences. Mais, nos travaux nous orientent vers une autre hypothèse, dans laquelle la longueur de nos télomères est largement déterminée à l’issue des premières années de vie" poursuit le chercheur. 

Pour le confirmer, Athanase Benetos et son équipe ont étudié le pronostic de l’athérosclérose selon l’évolution de la longueur des télomères au cours du temps. Résultat : l’apparition de la maladie vasculaire serait associée à des télomères courts. L’impact de l’attrition serait négligeable. Aussi, adopter une hygiène de vie saine ne limiterait ni l’usure des télomères, ni ses conséquences. De ce côté-ci, tout serait donc déterminé avant l’âge adulte.

Tout se jouerait avant 20 ans...

Ces résultats, récemment publiés dans Hypertension, ont été obtenus à partir de l’analyse des données d’une cohorte suivant l’évolution de la rigidité artérielle chez 154 adultes de 31 à 76 ans. Ces derniers présentaient une athérosclérose dès l’inclusion, ou en ont développé une au cours du suivi. Un troisième groupe composé de volontaires sains (sans athérosclérose, ni à l’inclusion ni à la fin du suivi) a servi de groupe témoin. Pour chacun des participants, l’équipe a comparé l’analyse de deux échantillons sanguins : le premier prélevé au début de l’étude, le second 9,5 ans après en moyenne. Les chercheurs ont notamment mesuré la longueur des télomères dans leurs leucocytes (une cellule facile à analyser).

Il est ainsi apparu, à l’issue du suivi, que l’attrition des télomères n’avait pas été différente chez les patients ayant une athérosclérose pré-existante par rapport aux deux autres groupes. En revanche, ceux qui avaient des télomères courts à l’inclusion présentaient plus souvent une athérosclérose à l’issue du suivi que ceux qui avaient des télomères longs. "Ceux qui avaient des télomères courts ont une athérosclérose plus précoce et plus sévère, tandis que ceux à télomères longs ont une athérosclérose plus tardive et moins étendue", résume Simon Toupance* qui a conduit l’analyse.

"La force de notre étude est d’être longitudinale et d’avoir utilisé les techniques les plus sensibles possibles, permettant d’apporter des conclusions solides, commente le scientifique. Il faut mettre ces données en regard de celles issues d’études transversales qui sont menées sans point de comparaison et ne peuvent en conséquence établir si les phénomènes observés sont liés à la longueur des télomères ou à leur cinétique d’attrition". 

"Ces résultats confirment que la longueur des télomères est bien un biodéterminant du développement des maladies dégénératives, et que cette longueur serait déterminée essentiellement génétiquement à la naissance, puis au cours des premières années de la vie. L’attrition à l’âge adulte jouerait un rôle mineur", conclut Simon Toupance. Limiter l’attrition télomérique par une meilleure hygiène de vie, comme le suggère certaines études, serait donc probablement inefficace. Faut-il en conséquence se résigner ? Non, et ce pour deux raisons : tout d’abord parce que "si une meilleure hygiène de vie chez l’adulte ne joue pas un rôle déterminant sur la longueur des télomères, elle réduit le risque de maladies cardiovasculaires liées à l’âge, notamment chez les sujets à haut risque ce qui est le cas chez les sujets à télomères courts". Ensuite, parce que "nos résultats montrent que nous devons davantage étudier les facteurs environnementaux qui peuvent être responsable d’une usure télomérique au cours des premières années de notre vie, notamment les situations associées à un stress oxydant accru et à une inflammation chronique. La prévention de ces situations chez l’enfant pourrait avoir un effet très bénéfique sur la longueur des télomères, et par conséquent sur le risque de maladies liées à l’âge".

Notes

* unité 1116 Inserm/Université de Lorraine, Faculté de médecine, Vandoeuvre-les-Nancy 

Source

Toupance S et al. Short Telomeres, but Not Telomere Attrition Rates, Are Associated With Carotid Atherosclerosis. Hypertension. 2017 Jun 19. pii: HYPERTENSIONAHA.117.09354. doi: 10.1161/HYPERTENSIONAHA.117.09354. 

Retour à la liste des actualités "Recherche"
^ Top of page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes