Réduire le risque de DMLA en adoptant une alimentation méditerranéenne

Science

L’adoption d’une alimentation de type méditerranéen -riche en fruits, légumes, légumineuses, céréales complètes, huile d’olive et poissons gras- réduit de 41% le risque de développer une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Ce résultat, publié par une équipe Inserm* de Bordeaux, permet d’envisager une démarche préventive particulièrement intéressante pour les formes sèches de la maladie qui ne bénéficient à l’heure actuelle d’aucun traitement.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de handicap visuel chez les plus de 50 ans. La maladie touche près d’une personne sur 5 chez les plus de 80 ans. Associée à des lésions de la zone centrale de la rétine (la macula), elle entraîne une perte progressive de la vision fine, sollicitée par exemple pour la lecture ou la reconnaissance des visages.

L’âge et la prédisposition génétique sont des déterminants essentiels dans la survenue de cette pathologie. Mais la DMLA est également sensible à des facteurs de risque plus accessibles à la prévention, comme le tabagisme ou l’alimentation. Certains nutriments majoritairement apportés par l’alimentation, tels les acides gras omega 3 (EPA et DHA), sont en effet présents en grande quantité au niveau de la rétine. C’est également le cas d'antioxydants parmi lesquels la lutéine et la zéaxanthine. Ces deux substances concentrées dans la rétine filtrent la lumière bleue toxique pour l’œil. 

L’alimentation, un facteur de prévention

"Beaucoup d’études montrent que ces nutriments réduisent le risque de développer une DMLA, souligne Bénédicte Merle, co-auteur de ce travail. Nous avons voulu aller plus loin en nous intéressant à l’alimentation globale plutôt qu’à des nutriments isolés. Peut-on retrouver cet effet protecteur selon que l’alimentation adoptée est plus ou moins proche du régime méditerranéen, riche en nutriments préservant la macula ?"

Pour tester cette hypothèse, , les chercheurs se sont appuyés sur les données de deux études conduites dans le cadre du projet européen Eye-Risk. Les études Rotterdam (Pays-Bas) et Alienor (France) ont ainsi permis d’étudier près de 5 000 personnes âgées de plus de 55 ans dont il était possible de mesurer le degré d’adhésion (faible, moyen ou fort) à la diète méditerranéenne. En comparant l’incidence de la DMLA dans chaque groupe, ils ont mis en évidence un risque de développer une DMLA plus faible de 41% chez les personnes dont l’alimentation est très fortement méditerranéenne, par rapport à celles moins adhérentes à ce type d’alimentation. Ce résultat est particulièrement intéressant pour la forme sèche de la DMLA qui ne dispose d’aucun traitement à l’heure actuelle.

Construire un biomarqueur du statut nutritionnel

Dans la suite de ce travail, les chercheurs bordelais envisagent de construire un biomarqueur à partir des mesures des nutriments dans le sang. Un tel biomarqueur permettrait d’établir plus précisément les apports nécessaires en certains nutriments pour préserver la rétine, ainsi que d’envisager des stratégies de prévention. "Il serait en effet possible, à l’instar du cholestérol pour le risque cardiovasculaire, d’assurer un suivi des personnes à risque de DMLA, assorti de recommandations nutritionnelles pour maintenir un niveau de ce biomarqueur compatible avec une bonne santé oculaire", conclut Bénédicte Merle.

Note

*unité 1219 Inserm/université de Bordeaux, centre de recherche Bordeaux Population Health

Source : B. Merle et coll., Mediterranean diet and incidence of advanced AMD: The EYE-RISK CONSORTIUMOphthalmology (2018), doi: 10.1016/j.ophtha.2018.08.006.