La protéine SRC, invitée inattendue de la communication entre cellules tumorales

Science

Déjà connue comme médiateur intracellulaire, la protéine SRC aurait en réalité un rôle plus large, en contrôlant également la production des exosomes que les cellules cancéreuses excrètent à destination de leur environnement. De quoi envisager de nouvelles perspectives thérapeutiques.

Comment les cellules tumorales fonctionnent-elles et communiquent avec leurs voisines ou avec leur environnement ? La question est d’importance pour pouvoir développer des traitements anticancéreux toujours mieux ciblés et plus efficaces. On sait ainsi que SRC, une protéine physiologiquement impliquée dans la régulation de signaux intracellulaires, peut se comporter comme pro-oncogène en cas de dérégulation. On sait aussi que les cellules tumorales sont capables de communiquer avec leur environnement via des exosomes : ces vésicules -chargées en enzymes, médiateurs, acides nucléiques...- sont formées dans les cellules, puis véhiculées dans l’espace intercellulaire. Elles favorisent la progression tumorale et la formation de métastases.

Pour la première fois, des chercheurs du Centre de recherche en cancérologie de Marseille (CRCM) viennent d’identifier un lien entre ces deux mécanismes : en effet, la protéine SRC contrôlerait aussi la production d’exosomes par la cellule tumorale. Elle aurait donc à la fois un rôle intra- et extracellulaire clé, cible potentielle pour de futurs développements thérapeutiques.

Du mécanisme fondamental aux perspectives cliniques

Depuis plusieurs décennies, la biologie moléculaire tente de comprendre l’ensemble des innombrables mécanismes régissant le fonctionnement des cellules et leurs interactions. Les travaux des équipes fondamentalistes, comme celle de Pascale Zimmermann* au CRCM, permettent petit à petit d’identifier les milliers de médiateurs, de protéines, de récepteurs et d’interactions impliqués dans l’organisation et la communication de nos cellules. En décryptant un fonctionnement physiologique, ces travaux permettent dans le même temps d’identifier les raisons de leur dysfonctionnement et, ainsi, de dessiner très en amont des perspectives thérapeutiques à investiguer.

C’est en ce sens qu’ont travaillé la chercheuse et son équipe, en décortiquant tous les mécanismes moléculaires impliquant la protéine SRC : "SRC est une enzyme de la famille des kinases qui active des signaux intracellulaires en modifiant chimiquement certains médiateurs" rappelle-t-elle. Dans ce travail, conduit in vitro sur un modèle de cellules tumorales du sein, SRC est apparu également capable de contrôler la communication de la cellule avec son environnement en interagissant avec la production d’exosomes. Pour cela, elle s’appuie sur la synténine, une autre protéine, indispensable à la formation et au chargement des exosomes dans la cellule avant leur relargage.

Les perspectives sont séduisantes : "Agir sur SRC ou sur la synténine au niveau de la cellule pourrait limiter la production d’exosomes qui, s’ils permettent la communication avec leurs voisines, interviennent aussi dans la communication à distance avec d’autres sites de l’organisme. Des inhibiteurs de SRC ou de synténine pourraient donc théoriquement limiter la progression et la dissémination tumorale". D’ici là, l’équipe poursuit ses travaux : "Nous cherchons maintenant à clarifier la façon dont les exosomes se forment, et à comprendre comment ils régissent la communication entre cellules saines et malades".

Note :

*unité 1068 Inserm/Aix-Marseille Université/CLCC, équipe Régulation spatio-temporelle de la signalisation, Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille, Institut Paoli-Calmettes, Marseille

Source

Imjeti NS et coll. Syntenin mediates SRC function in exosomal cell to cell communication. PNAS 2017 114 (47) 12495-12500; Publié en ligne le 6 novembre 2017. doi:10.1073/pnas.1713433114