Évènement

La cérémonie annuelle des Prix Inserm distinguera, le mardi 11 décembre 2018 au Collège de France, neuf chercheurs et ingénieurs dont les réalisations contribuent à l’excellence scientifique de l’Institut.

Les Prix Inserm 2018 seront cette année décernés en présence d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Gérard Longuet, sénateur, et Cédric Villani, député, président et premier vice-président de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst).

Revoir la cérémonie

Les lauréats 2018

Les 9 lauréats des Prix Inserm 2018

Spécialiste de l'athérosclérose, une des principales causes de troubles cardiovasculaires, Alain Tedgui a notamment mis en évidence les dimensions inflammatoires et immunitaires de la maladie.

En étudiant les mécanismes de mort cellulaire induits par des cellules du système immunitaire, Pierre Golstein et son équipe ont identifié plusieurs protéines qui ont fait parler d'elles ! C'est notamment le cas de la protéine CTLA-4, aujourd’hui ciblée dans certaines stratégies d’immunothérapie du cancer.

Antoine Triller a consacré sa carrière aux synapses, ces zones qui permettent aux neurones d'échanger de l'information. Bien qu'elles soient impliquées dans des processus que l'on imagine stables, comme l'apprentissage ou la mémoire, il a démontré que les molécules qui composent ces synapses sont très mobiles.

Elisabetta Dejana a un parcours européen particulièrement riche, partagé entre la France, l'Italie et la Suède. Cette spécialiste de la paroi vasculaire s'intéresse aussi bien à la lutte contre le cancer, qu'à la compréhension d'anomalies affectant la formation des vaisseaux cérébraux.

Robert Barouki est spécialiste des effets des polluants de l'environnement sur la santé humaine. Ses travaux visent à éclairer les stratégies de santé publique, au niveau national et européen.

Nathalie Vergnolle étudie les protéases, des enzymes qui sont dérégulées dans les maladies inflammatoires de l'intestin. Ses travaux ouvrent la voie au développement de thérapies innovantes pour les patients souffrant de la maladie de Crohn, de rectocolite hémorragique ou du syndrome du côlon irritable.

Ana-Maria Lennon consacre ses travaux de recherche aux cellules dendritiques, les "sentinelles" de notre système immunitaire. Elle s'intéresse en particulier à la manière dont ces cellules se déplacent lors de leurs "patrouilles" dans l'organisme.

Ahmed Abbas, radio-pharmacien et ingénieur de recherche à l'Inserm, travaille à la frontière entre le nucléaire, la santé et l'imagerie médicale.

Avec plus de 20 000 lames d'histologie préparées dans son laboratoire, le travail de Nelly Pirot contribue à près de 80 projets de recherche chaque année.

 

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse