L’âge des premières règles dépend du lieu de naissance

Science

Les jeunes filles vivant dans les régions françaises les plus ensoleillées ont leurs premières règles trois ou quatre mois plus tôt que celles qui résident dans le nord. L’exposition aux UV pourrait donc modifier les taux de certaines hormones impliquées dans la survenue des règles.

Le soleil rend plus précoce

Plus les jeunes filles sont exposées au soleil, plus leurs premières règles arrivent tôt. La différence n’est pas énorme mais néanmoins significative. Celles qui vivent dans le sud de la France ont en moyenne leurs premières règles trois ou quatre mois avant celles qui habitent dans le nord.

Une équipe de l’Inserm* travaillant sur la cohorte E3N composée de près de 100 000 femmes nées entre 1925 et 1950 a eu la puce à l’oreille en constatant que l’âge de leurs premières règles variait en fonction des données géographiques. Pour en savoir plus, les chercheurs ont décidé d’étudier le lien entre le lieu de naissance, considéré comme le lieu approximatif de vie pendant l’enfance, et l’âge de survenue des menstruations. Ils ont ensuite confronté ces informations aux données européennes d’exposition moyenne aux UV dans chaque département français.

Leurs résultats montrent un lien significatif entre ces deux facteurs. L’âge moyen des premières règles est de 12,8 ans, mais plus la latitude est élevée et le degré d’ensoleillement faible, plus cet âge recule. Difficile à ce stade d’interpréter ce résultat. "Il faudrait valider ces données à l’échelle internationale. Néanmoins, nous faisons déjà quelques hypothèses pour expliquer ce lien. Il pourrait s’agir d’un facteur hormonal car, par exemple, la production de mélanine évolue en cas d’exposition solaire et lors de la survenue des premières règles. Mais il peut également s’agir d’une différence de modes d’alimentation. Tout cela reste à vérifier ", explique Laure Dossus, coauteur des travaux.

Quel impact ultérieur

L’équipe avait déjà identifié plusieurs facteurs pouvant influencer l’âge de survenue des premières règles, comme le poids de l’enfant, le milieu socio-économique ou encore le tabagisme des parents. Voilà donc une donnée supplémentaire pour tenter de comprendre les liens entre conditions de vie et exposition hormonale. On sait en effet que cette exposition, qui dépend notamment de l’âge auquel une jeune fille devient pubère, modifie le risque de développer certaines maladies chroniques et plusieurs cancers, notamment ceux du sein et de l’endomètre.

 

 

Note
* Unité 1018 Inserm/ Université Paris Sud – Paris 11/Université Versailles - Saint Quentin en Yvelines, Villejuif

Source
Dossus et coll. Latitude and ultraviolet radiation dose in the birthplace in relation to menarcheal age in a large cohort of French women. Int J Epidemiol, avril 2013, Vol. 42, pp. 590–600.

Pour aller plus loin