Attraction : Objectif Mars

Fidèle partenaire du Futuroscope, l’Inserm revient pour la troisième fois dans le parc à thème de Chasseneuil- du-Poitou, près de Poitiers. Après y avoir inauguré une exposition photographique en 2009, puis aidé à concevoir l’attraction Virus Attack en 2014, l’Institut s’est associé cette fois au Centre national d’études spatiales (Cnes) pour imaginer l’attraction Objectif Mars, lancée en juin 2020.

photo du roller coaster de l'attraction Objectif Mars
Objectif Mars © Futuroscope/J.-L. Audy 

L’Inserm a balisé un parcours ludique qui prélude à l’embarquement dans le premier – et très innovant – rollercoaster du parc. Pour rire, certes, mais avec l’ambition de voyager vers Mars ! La nouvelle attraction détonne d’entrée de jeu : elle semble engoncée tout au bout du parc, mais quelques solides rails extérieurs, un peu tentaculaires et visibles de loin, intriguent. Avec ses 20 millions d’euros d’investissement, le plus important à ce jour pour le Futuroscope, cette montagne russe marque le début d’une nouvelle ère, très immersive, plus sensorielle. Les cris qui s’échappent des wagonnets rythment pour partie l’attente extérieure, ainsi que le pré-embarquement. C’est là que l’Inserm intervient.

Avant de se lancer sur les rails pour presque trois minutes – la norme dans le parc –, il faut suivre les rambardes d’un parcours scientifique. Au fil des panneaux qui le jalonnent, le visiteur glane une foultitude d’informations, amusantes et incongrues, qui permettent de fixer quelques solides connaissances sur l’espace. Pourquoi vieillissons-nous plus vite au-delà de l’atmosphère ? Peut-on déambuler sur Mars en T‑shirt ? Covid-19 oblige, certaines des expériences prévues, à base de petites manipulations, sont temporairement inaccessibles. Il n’en reste pas moins que s’installer dans le siège rikiki des astronautes, dans la fusée avant décollage, donne le ton... Vers Mars, le confort sera minimal. Enfin, la plateforme d’embarquement donne à voir le flot des passagers d’assez haut ; rien de tel pour faire monter la pression d’un cran.

Des visiteurs essayent les sièges d'une capsule de décollage dans le cadre des animations proposées dans la file d'attente de l'attraction Objectif Mars
Pour assurer le programme d’entraînement des futurs astronautes, le « centre d’essai spatial » propose une série de tests pour familiariser ses candidats aux conditions d’un voyage dans l’espace. © Futuroscope/J.-L. Audy 

Chaque heure, quelque 1 000 personnes sont propulsées à 55 km/h (largement suffisant !) dans de petites voiturettes rotatives qui dévalent les montagnes russes. C’est dire que le rythme est soutenu. Le voyage réserve quelques surprises : dans ses moments les plus intenses, vous ferez l’expérience d’éruptions solaires, vous vous confronterez à de puissants champs magnétiques, puis prendrez de la vitesse, jusqu’à un final assez bluffant. Quand on pense en avoir fini avec la mission, l’attraction perd soudainement de l’altitude... on n’en dira pas plus. Si les wagonnets sont bel et bien inspirés de l’authentique matériel d’entraînement de la NASA, l’expérience reste accessible à tous : ça chauffe, puis ça secoue. En un mot, une expérience décoiffante, qui allie science et détente. Grâce à l’Inserm, vous parviendrez peut-être à répondre à cette question épineuse : est-ce que sur Mars aussi, on vous entendra crier ?

Info pratiques