• Accueil >
  • Microbiologie et maladies i... >
  • Enjeux >
  • Le laboratoire P4

Le laboratoire P4

En quelques photos sélectionnées pour vous, visitez le laboratoire P4 - Jean Mérieux, à Lyon, un centre de recherche sur les virus unique en Europe.

Qu'est-ce qu'un laboratoire P4 ?

Depuis janvier 2004 la Fondation Mérieux a transféré à l'Inserm la totale responsabilité du fonctionnement technique du P4 Jean Mérieux / Inserm, et des activités scientifiques qui y sont conduites.

La dénomination P4 (pathogène de classe 4) fait référence à des micro-organismes pathogènes faisant encourir des risques mortels au personnel qui les manipule. Les principaux agents de classe 4 sont des virus générant soit des fièvres hémorragiques : Ebola, Lassa, Marburg, Congo-Crimée, soit des maladies infectieuses à haut pouvoir de dissémination, et à haut taux de mortalité par exemple la variole. Le laboratoire P4 répond au double impératif de préserver les chercheurs contre tous les risques d'infections et d'assurer une protection totale de l'environnement.

Diaporama

© Inserm, P. Latron - Bâtiments du laboratoire P4 Jean Mérieux/Inserm et du CERVI, centre d'études et de recherches en virologie et immunologie, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches.

© Inserm, P. Latron - Bâtiment du laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches.

© Inserm, P. Latron -  Couloir de visite permettant une observation des différentes zones du laboratoire par l'intermédiaire de hublots. Laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

© Inserm, P. Latron -  Sas vestiaire du laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

© Inserm, P. Latron - Sas scaphandre du laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

© Inserm, P. Latron - Sas scaphandre du laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

© Inserm, P. Latron - Sas scaphandre du laboratoire P4 Jean Mérieux/Inserm, Lyon.

© Inserm, P. Latron - Sas douche de décontamination du laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

© Inserm, P. Latron -  Laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire

© Inserm, P. Latron - Laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

© Inserm, P. Latron - Laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

© Inserm, P. Latron - Laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

 © Inserm, P. Latron - Brumisation d'une solution décontaminante bactéricide, fongicide et virucide. dans le sas douche de décontamination avant la sortie du laboratoire P4 (pathogène de classe 4) Jean Mérieux/Inserm, Lyon. Ces laboratoires de sécurité maximale sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches. Les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés, les chercheurs travaillant dans leurs enceintes sont revêtus d'un scaphandre sous pression positive relié à l'une des prises fournissant de l'air dont le renouvellement est totalement indépendant du laboratoire.

 

Pour en savoir plus

Consulter le site du P4

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Google+ Linkedin Viadeo Twitter Facebook