Grands prématurés, entre progrès et questions

30 juin 2011

Près de 10 000 enfants naissent chaque année en France grands prématurés. C'est 15 % de plus qu'il y a 10 ans. Après la première grande enquête EPIPAGE menée en 1997, l'Inserm va suivre 4 000 nouveau-nés durant 11 ans pour évaluer les bénéfices des avancées médicales sur le devenir de ces enfants et tenter de mieux prévenir ces naissances avant terme.

Vous devez disposer du lecteur Flash pour afficher cette vidéo.

Grands prématurés, entre progrès et questions

L’étude Epipage 2 (étude épidémiologique sur les petits âges gestationnels) permettra de recueillir des informations sur la grossesse, l’accouchement et la prise en charge immédiate des enfants nés avant la fin du 7ème mois de grossesse ou au début du 8ème mois.
Un suivi sera effectué jusqu’à l’âge de 11-12 ans, pour connaître le devenir de ces anciens grands prématurés en termes de santé et de développement. Cette étude constituera une aide précieuse aux équipes médicales pour la prise en charge et le suivi des enfants et permettra une meilleure information des familles. Elle participera également à l’amélioration des connaissances sur les facteurs qui influencent la santé, la croissance et le développement de ces enfants.

L’étude Epipage 1, menée sur l’ensemble des enfants nés en 1997 grands prématurés dans 9 régions de France, a montré qu’en dépit des progrès accomplis, la mortalité et la morbidité néonatales restaient élevées et les handicaps fréquents. Près de 40 % des grands prématurés présentaient un trouble moteur ou sensoriel ou un retard intellectuel à 5 ans, soit 4 fois plus que les enfants nés à terme. Epipage 1 a aussi contribué à la production de nouvelles connaissances sur les causes.

L'étude EPIPAGE 2 est coordonnée par le Dr Pierre-Yves Ancel, Unité Inserm "Recherche épidémiologique en santé périnatale et en santé des femmes et des enfants" ; elle bénéficie du soutien financier du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé, du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, de l'Inserm, de l' Institut National du Cancer, de la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie et de la Fondation PremUp.

Retour à la liste des actualités "Société"
^ Haut de page
View Edit Create here
Google+ Linkedin Viadeo Twitter Facebook