Une nouvelle stratégie thérapeutique contre l'angiosarcome

05 avril 2016

Une équipe marseillaise a mis au point un traitement inédit contre l'angiosarcome, un cancer vasculaire très rare et agressif. Combinant chimiothérapie métronomique et  repositionnement de médicaments déjà commercialisés, l'approche a obtenu de premiers résultats cliniques surprenants. Des essais multicentriques sont lancés pour mieux évaluer cette nouvelle stratégie.

L'angiosarcome est une tumeur maligne d'origine vasculaire, très rare et au diagnostic très sombre. Exceptée la chirurgie lorsque la tumeur est encore localisée, il n'existe aucun consensus sur le traitement de ce cancer résistant aux chimiothérapies. Une équipe Inserm* de l'hôpital de la Timone (Marseille) vient toutefois de concevoir et utiliser avec succès une stratégie thérapeutique associant deux approches nouvelles.

L'une découle d'une découverte fortuite survenue en 2008 à l'hôpital des Enfants de Bordeaux. Traitant des enfants atteints d'hémangiome, une tumeur vasculaire bénigne mieux connue sous le nom de tache de naissance, des chercheurs** ont constaté que le propranolol, un antihypertenseur administré pour pallier les effets secondaires du traitement classique (corticoïdes à haute dose), faisait rapidement régresser les tumeurs. Le repositionnement du propranolol dans le traitement des hémangiomes a complètement révolutionné la prise en charge des patients atteints de ces tumeurs bénignes. "J'ai alors imaginé que le propranolol pourrait être également efficace sur des tumeurs malignes, et mes résultats expérimentaux l'ont confirmé dès 2011", se souvient Eddy Pasquier, Marie Curie Fellow au sein de l'unité Inserm 911.

L'autre principe utilisé, la chimiothérapie métronomique, est apparu en clinique au début des années 2000. "En chimiothérapie classique, les séances sont espacées de deux à trois semaines pour permettre au patient de récupérer des effets toxiques du traitement. Or la tumeur en profite pour se revasculariser et progresser. La thérapie métronomique consiste donc à administrer des doses plus fréquentes, pour empêcher la progression de la tumeur, mais plus faibles pour limiter la toxicité", explique Eddy Pasquier. Au total, le patient peut recevoir au moins autant de produit qu'en thérapie classique, mais avec une tolérance améliorée.

Des résultats surprenants

Contacté par un chercheur du Tata Memorial Hospital (Mumbay, Inde), qui traite des patients atteints d'angiosarcome, Eddy Pasquier a combiné le repositionnement du propranolol et la chimiothérapie métronomique. Une première phase a consisté à déterminer, sur des modèles cellulaires d’angiosarcome, quelle molécule anticancéreuse associer à l'antihypertenseur pour obtenir les meilleurs résultats. Deux agents classiquement utilisés en clinique dans cette pathologie, la doxorubicine et le paclitaxel, n'ont présenté que des effets additifs (voire légèrement antagoniste) avec le propranolol. En revanche, ce dernier entre très fortement en synergie avec la vinblastine, un agent de chimiothérapie déjà ancien, dérivé de la pervenche de Madagascar. C'est donc une combinaison de propranolol oral et d'injections métronomiques de vinblastine qui a été administrée à sept patients indiens souffrant d'angiosarcomes au stade avancé, voire métastasés.

"Tous les patients ont répondu, avec une régression parfois importante, voire complète, de la tumeur. Nous avons été surpris d'un tel résultat », souligne le chercheur. La survie a atteint 16 mois en moyenne, une durée inespérée avec les thérapies classique pour des patients à ce stade de la maladie. « Nous améliorons la durée et la qualité de la survie, mais ne guérissons pas", prévient toutefois Eddy Pasquier. A ce jour, douze patients ont été traités avec succès à Mumbay.

Des tests multicentriques en cours

Au vu de ces résultats, une autre équipe de l'unité 911, dirigée par le Pr Sébastien Salas, a lancé un essai clinique multicentrique en France, pour tester l'association propranolol-chimiothérapie métronomique dans l'angiosarcome. Toujours à La Timone, l'équipe du Dr Nicolas André lance un essai multicentrique sur les tumeurs solides réfractaires de l'enfant (neuroblastomes en particulier), cette fois-ci avec la combinaison propranolol-vinorelbine, un agent proche de la vinblastine mais disponible sous forme orale. Utilisant des médicaments repositionnés, ces essais sont financés par le Programme hospitalier de recherche clinique (PHRC).

 

Notes

*unité 911 Inserm/Université Aix-Marseille, Centre de recherche en oncologie biologique et oncopharmacologie,
** unité 1035 Inserm/Université de Bordeaux,  Biothérapie des maladies génétiques, inflammatoires et du cancer

Source

Pasquier E. et al., Effective management of Advanced Angiosarcoma by the Synergistic Combination of  Propanolol and Vinblastine-based Metronomic Chemotherapy: A bench to bedside study, EBiomedecine (2015)

Retour à la liste des actualités "Recherche"
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes