Une nouvelle cible dans l’allergie de contact

28 décembre 2012

Des chercheurs de l’Inserm viennent de mettre le doigt sur des cellules capables de réduire les manifestations de la dermatite allergique de contact. Une nouvelle cible thérapeutique potentielle…

Informations complémentaires

Pour en savoir plus sur les allergies, consultez notre dossier d’information

Une éruption cutanée rouge accompagnée de démangeaison, survenant quelques heures ou quelques jours après un contact direct avec un bijou ou un parfum ? La dermatite allergique de contact (ou eczéma de contact) est une allergie malheureusement courante. C’est aussi la plus fréquente des maladies professionnelles dans les pays développés. Elle est notamment causée par des substances contenant des « haptènes ».

Ces petites molécules chimiques sont présentes dans des colorants, les fragrances, le ciment, les bijoux contenant du Nickel ou encore dans les prothèses dentaires. Elles pénètrent dans la peau et sont reconnues par le système immunitaire. Normalement, elles sont bien tolérées. Mais chez certaines personnes, elles peuvent déclencher une inflammation cutanée et un eczéma.

Ces réactions se traitent efficacement à l’aide d’anti-inflammatoires, notamment grâce aux corticoïdes topiques. Elles posent néanmoins un problème de santé publique important, du fait de la présence d’haptène dans de très nombreux produits. C’est la raison pour laquelle des chercheurs de l’Inserm* tentent de décrypter les mécanismes impliqués dans le contrôle de ces maladies allergiques. L’idée est, à terme, de développer de nouveaux médicaments.

Grâce à un modèle animal capable de reproduire l’eczéma allergique de l’humain, les chercheurs ont déjà montré le rôle protecteur de cellules particulières de la peau (les cellules de Langerhans), impliquées dans le maintien de la tolérance du système immunitaire cutané. Ce mécanisme est indispensable pour « éduquer » ce dernier et le rendre tolérant aux produits potentiellement allergènes. Les souris dénuées de ces cellules développent toutes sortes de réactions allergiques.

Des cellules NKT anti-inflammatoires

En poursuivant leur étude, les chercheurs viennent de mettre le doigt sur des nouvelles cellules qui jouent un rôle dans les eczémas de contact : les cellules NKT (invariant Natural Killer T). Ils ont constaté que les souris qui ne possèdent pas ces cellules présentent des réactions allergiques exacerbées. « Ces cellules sont activées en réponse au contact de la peau avec des haptènes à fort pouvoir sensibilisant. Elles libèrent deux cytokines anti-inflammatoires qui limitent la réaction immunitaire et les symptômes de l’allergie cutanée » explique Dominique Kaiserlian, coauteur des travaux. « De manière intéressante, on peut traiter les souris déjà sensibilisées [à une substance allergène] en leur injectant ces cellules : on réduit ainsi les symptômes cliniques de dermatite » précise la chercheuse. Ces cellules constitueraient donc des cibles thérapeutiques potentielles.


Note :
Unité Inserm 851 « Immunité infection vaccination », Lyon

Source :
A. Goubier et coll. Invariant NKT Cells Suppress CD8(+) T-Cell-Mediated Allergic Contact Dermatitis Independently of Regulatory CD4(+) T Cells. Journal of Investigational Dermatology, édition en ligne du 29 novembre 2012

Retour à la liste des actualités "Recherche"
^ Haut de page
View Edit Create here
Google+ Linkedin Viadeo Twitter Facebook