Cancer du sein : le tabagisme passif aussi nocif que l’actif

20 mars 2014

Commencer à fumer jeune et être exposée passivement à la fumée de tabac sont deux facteurs qui augmente le risque de développer un cancer du sein. Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Inserm sur une vaste cohorte européenne apporte des précisions sur ces liens.

Tabac et cancer du sein : l’association ne fait plus de doute, mais le suivi de la vaste cohorte européenne EPIC apporte aujourd’hui plusieurs précisions importantes. Les chercheurs de l’Inserm qui ont mené ces travaux constatent notamment que le tabagisme passif est aussi délétère que le fait de fumer. Il apparaît en outre que le tabac est plus nocif quand sa consommation débute avant une première grossesse.

La cohorte EPIC est composée de près de 500 000 personnes en bonne santé au moment de leur inclusion, qui sont suivies depuis 1992 dans dix pays européens. Elle inclut en particulier les femmes de la cohorte française E3N. Grâce aux informations recueillies lors de l’inclusion des participants, les chercheurs ont pu réévaluer les liens entre l’exposition au tabac, active et passive, et le risque de développer un cancer du sein. Parmi les 322 000 femmes éligibles à cette étude, les chercheurs ont enregistré la survenue de plus de 9 800 cancers du sein. Pour chacune de ces femmes, ils disposaient d’informations concernant l’usage du tabac passé ou présent, l’âge d’initiation au tabac, la durée du tabagisme et les quantités consommées, l’exposition passive familiale ou professionnelle au moment de l’inclusion...

Coupe histologique d'une tumeur mammaire de souris induite par l'expression de la beta-caténine activée. © Inserm, Martin-Faraldo Marisa

Coupe histologique d'une tumeur mammaire de souris induite par l'expression de la beta-caténine activée. © Inserm, Martin-Faraldo Marisa

Un sur-risque modéré

Le recoupement statistique de toutes ces données a permis aux auteurs de clarifier de nombreux points. Les résultats confirment sans ambiguïté que la consommation active de tabac augmente le risque de cancer du sein. "Ce sur-risque est modéré puisqu’il n’est que de 16 %. Mais compte tenu du nombre de cancers du sein déclarés chaque année, ce chiffre n’est pas négligeable", clarifie Laure Dossus*, coauteur des travaux. Les auteurs ont également constaté que l’exposition passive au tabac augmente quasiment autant ce risque (10 %). "Nous ne disposions pas de données précises sur la durée d’exposition passive ou la dose inhalée, mais les données montrent que les femmes exposées au moment de l’inclusion ont développé davantage de cancers, précise la chercheuse. Jusque-là, les données de la littérature étaient ambiguës sur cette association qui paraît ici très claire".

Une autre conclusion de cette nouvelle étude confirme des données déjà suggérées : commencer à fumer jeune, avant une première grossesse, augmente davantage le risque de cancer du sein plus tard dans la vie. Une initiation tabagique entre 16 et 26 ans accroit le risque de presque un quart (22 %), alors que le sur-risque est nul quand la femme commence à fumer après 26 ans. "Cela ne signifie pas qu’il faut commencer à fumer après cet âge car le tabac est très nocif pour d’autres organes, comme le poumon, mais il se pourrait que les différenciations des cellules mammaires qui ont lieu au cours d’une première grossesse réduisent l’impact de la fumée de tabac sur le sein", suppose la chercheuse. Voilà quoi qu’il en soit des arguments supplémentaires pour renforcer la prévention anti-tabagique chez les jeunes femmes.

Note

*unité 1018 Inserm / Université Paris sud, Centre de recherche en épidémiologie et santé des populations, Villejuif

Source

L. Dossus et coll. Active and passive cigarette smoking and breast cancer risk:

Results from the EPIC cohort. Int J Cancer du 15 avril 2014, vol. 134(8):1871-88

Retour à la liste des actualités "Recherche"
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes